Réponse aux élucubrations publiées par Au fait sur le #feb20

30.05.2011  |   Karim E.H   |  eplume.wordpress.com

Les limites du mouvement du 20 février, les jeux sont faits (1). Tel est le titre prétentieux de l’exercice de rhétorique que nous a livré Au Fait dans son édition du 30 mai. Ceux qui espéraient une analyse rigoureuse, une critique objective dont le mouvement a véritablement besoin pour corriger le tir seront très vite déçus.

L’article commence donc par raconter anecdotes et impressions subjectives sans aucune valeur scientifique. Desquels l’auteur déduit un certain nombre de constats, établit des analyses, puis carrément des conclusions sur la nature du mouvement. Le même exercice est quotidiennement fait par des millions de marocains attablés aux terrasses de cafés, leurs yeux mus par leur libido, aussi bien sur l’affaire DSK que sur la tectonique des plaques ou la physique nucléaire, sans que leurs discussions n’aient le privilège de la publication.

Les contre-vérités, pour ne pas dire mensonges, d’abord : l’auteur affirme que le #feb20 prétend représenter le peuple marocain. C’est faux. Tout comme l’allégation selon laquelle les jeunes cherchent la confrontation avec les autorités. Depuis le début, seul le makhzen fait usage de violence (2), d’intimidation(3), de propagande diffamatoire(4), et même d’incitation à la violence (comme M. Moncef Belkhyat). (4bis)

S’en suit la vacuité de l’analyse, que j’aimerais pousser à l’extrême pour en montrer la bêtise : L’auteur compare des manifestations politiques à un concert de Shakira, et en déduit que le derrière par ailleurs sexy de la chanteuse mobilise plus de marocains que l’aspiration à la liberté. Et pourquoi ne pas faire de comparaisons avec un derby de foot, tant qu’on y est ? Comment oser mettre en parallèle un divertissement, un évènement artistique fortement médiatisé par l’Etat, avec une occupation de la rue qui menace potentiellement l’intégrité physique des manifestants ? On aurait préféré une condamnation ferme de l‘Etat qui use façon criminelle de son monopole de la violence légitime. Les vidéos (5) que nous avons pu voir ne laissent aucun doute quant à la volonté explicite d’intimider et de décourager les jeunes. Mais peut-être que pour notre ami, les droits humains fondamentaux de ses concitoyens sont accessoires.

Puis l’auteur rappelle l’illégalité prétendue des manifestations. Peut-être faut-il rappeler un attribut fondamental des régimes autoritaires à notre apprenti analyste : ceux-ci interdisent, justement, la libre expression dans le domaine public. Comment voudrait-il que nous patientons jusqu’à ce que le makhzen délivre une autorisation de sit-in ? Heureusement que sa logique fallacieuse n’a pas été adoptée par les manifestants tunisiens ou les égyptiens. Ils en seraient encore à prétendre vénérer leurs Rais respectifs.

Je comprends la logique de M. Sedrati, celle qui voudrait que le mouvement du #feb20 ne peut prétendre à une adhésion populaire massive. Je comprends aussi sa lutte acharnée et désespérée pour trouver des arguments appuyant sa thèse. Ainsi, je crois en mon devoir de répondre non pas à ce qu’il a écrit, mais à ce qu’il a voulu écrire.

Oui, Monsieur, si demain une votation est organisée, le mouvement aurait du mal à prétendre à plus de la moitié des votes urbains, et sûrement beaucoup moins en périmètre extra-urbain. C’est même trivial ; la lutte pour la démocratie se passe largement du plébiscite populaire et en dispose rarement. C’est bien là une tâche pénible que peu d’entre nous sont prêts à assumer, lorsque la plupart se consacre nonchalamment à ses occupations quotidiennes.

Mais détrompez-vous, il ne s’agit nullement d’une dictature de la minorité, bien au contraire. Ce que vous avez devant vos yeux est l’expression suprême de l’altruisme et de la démocratie : Un islamiste, comme un gauchiste, risque de voir son idéologie en laquelle il croit profondément subir le rejet populaire dans le cadre dans un processus démocratique. En somme, une minorité fait sacrifice de soi pour que la majorité puisse librement choisir son destin, fût-il contraire aux idéaux de ladite minorité.

Et enfin, comme dirait le peu regretté Hassan II, dans l’une de ses rares autocritiques, fut-elle à l’insu de son plein gré :

Il ne faut pas perdre son temps à avancer des arguments de bonne foi face à des gens de mauvaise foi.

1- http://www.aufaitmaroc.com/opinion/chroniques/2011/5/29/les-jeux-sont-faits

2 - http://www.lakome.com/politics/78-news-politics/5218-2011-05-30-12-40-35.html

3- http://fr.lakome.com/politique/42-actualites-politique/443-omar-radi.html

4- http://www.youtube.com/watch?v=2vvPEzXrrgI

4bis - http://capdemocratiemaroc.org/?p=191

5- http://bit.ly/kMldf9

30.05.2011 | Karim E.H 

About these ads
Ce contenu a été publié dans Maroc, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

4 réponses à Réponse aux élucubrations publiées par Au fait sur le #feb20

  1. Salim dit :

    Que de raccourcis et contre-vérités dans cette « réponse » à l’édito du Journal Au Fait du lundi 20 mai 2011 … !

    Quelle condescendance et quel ton prétentieux dans cette « réponse » à un journaliste connu pour son impartialité et son bon sens pragmatique. Utiliser les termes « élucubrations », « aucune valeur scientifique » participe d’une mauvaise foi patente…

    Affirmer que le mouvement du 20fev ne prétend pas représenter le peuple?! Je n’ai jamais vu une déclaration indiquant le contraire, mais plutôt « Cha3b yourid » à toutes les sauces laissant penser que, justement, le 20fev prétend parler au nom de la majorité, alors même qu’il ne mobilise qu’une petite minorité agissante hétéroclite.

    Il est aussi évident que les protestations systématiques tous les dimanches depuis 3 mois en plus des manifestations les autres jours (sans chercher à obtenir une autorisation au préalable comme le requière la loi) est la démonstration d’une volonté de confrontation. Ensuite les slogans, souvent violents, démontrent une envie de provoquer. Enfin les insultes et accusations sans preuves adressées à des personnalités ou à la police sont monnaie courante et nul ne peut nier leur aspect diffamatoire et provoquant. Sans compter les nombreuses vidéos qui montrent des manifestants chercher la confrontation en bousculant les forces de l’ordre…

    L’intimidation, la désinformation et les appels à la violence sont récurrents sur tous les blogs ou pages FB de membres du 20fev qui insultent allègrement tous ceux qui n’ont pas la même approche.

    La comparaison de la mobilisation du 20fev lors des sit-in ou autres manifestations avec tout autre évènement est bien entendu à relativiser. Mais il n’empêche qu’il reste pertinent d’opposer le nombre de personnes qui ont assisté aux concerts de Mawazine (malgré la campagne soutenue de dénigrement savamment orchestrée par le 20fev contre ce festival et malgré la peur de dérapage ou d’attentat) avec le nombre de personnes qui se sont mobilisés contre (à ce que je sais, l’annulation de Mawazine était une revendication forte du 20fev).

    Comme dans beaucoup de pays du monde (inclus les pays notoirement démocratique), le Maroc imposer une déclaration pour un projet de sit-in non invasif et une autorisation pour une manifestation qui implique de bloquer la circulation, de gêner l’activité ou comportant des risques sécuritaires. Oublier que des manifestations comportent des risques divers et variés et nier l’impact dolosif pour les citoyens qui en subissent les conséquences est faire preuve d’une inconscience et d’une irresponsabilité navrante. Nos forces de sécurité n’ont certainement pas que ça à faire que de consacrer leur jour de congé hebdomadaire (en plus de toutes leurs autres -et nombreuses- attributions) à maintenir l’ordre pour le bon plaisir d’une petite minorité excitée qui se sent investie d’une mission « quasi-divine ». Tout le monde sait que depuis le 20 fevrier on ne compte plus les protestations et autres rassemblements qui mobilise à chaque fois nos agents d’autorité (pompiers et médecins compris). Sans parler des évènements plus douloureux comme Argana ou plus festifs comme les festival et autres salons, matchs, visites officielles… dont les mêmes forces de sécurité doivent se charger.

    Enfin, parler d’altruisme ou de sacrifice au détriment d’une majorité (qui souhaite sans conteste des améliorations et des réformes) alors qu’elle considère le 20fev comme ne pouvant la représenter, est un non-sens. Cela revient à considérer que la majorité est débile et que seul le 20fev détient LA vérité, que seul le 20fev est capable de pousser aux réformes (sans savoir effectivement lesquelles concrètement, ni comment, ni dans quel ordre, ni quand, ni avec qui, ni, ni, ni…).

    Parler de démocratie!? Alors que le 20fev refuse le dialogue, ne se mobilise pas pour la participation à l’élément essentiel de l’expression démocratique que sont les élections (locales, nationales ou référendaires)?! C’est un déni de démocratie. Affirmer que tant que rien n’a changé il serait inutile de se mobiliser est proprement aberrant! Les hommes politiques, notamment les élus locaux, ont des pouvoirs! Peut-être pas assez mais suffisamment pour changer énormément de choses. Le prochain référendum est un enjeu en soi. Refuser d’y participer est une insulte à la majorité silencieuse qui tous les jours participe à l’édification d’un Maroc meilleur. Cette édification d’un Maroc meilleur que chacun appelle de ses voeux à sa manière n’a pas commencé le 2à février dernier. Il est important de ne pas l’oublier en faisant montre de davantage d’humilité et de responsabilité.

  2. dima dit :

    Le mot « élucubrations » est bien trouvé et approprié à l’article d’Au fait
    qui demeure sans interet. Tout ce qui est service commandé n’est pas
    à la gloire de la conscience de son auteur. Basri est mort mais son système
    d’oppresion et de désinformation perdure…

  3. dima dit :

    Manifestations au Maroc: la Commission européenne fait
    part de son inquiétude

    La Commission européenne a exprimé lundi son inquiétude après
    les incidents qui ont émaillé une manifestation de jeunes Marocains
    qui réclamaient des réformes politiques dimanche à Casablanca et
    à Tanger.

    « Nous sommes préoccupés par la violence dont il a été fait usage
    pendant des manifestations au Maroc ce week-end », a déclaré
    Natasha Butler, porte-parole du commissaire chargé de la politique
    de voisinage, Stefan Füle.

    « Nous appelons à la retenue dans l’usage de la force et au respect
    des libertés fondamentales », a-t-elle ajouté. La porte-parole a
    souligné que la liberté de se rassembler était « un droit
    démocratique
    « .

    « Nous appelons le Maroc à observer la même attitude que
    précédemment en autorisant ses citoyens à manifester
    pacifiquement
    « , a-t-elle dit. « Nous suivons ces manifestations de
    très près et encourageons toutes les parties à s’engager dans un
    dialogue pacifique afin de trouver une solution aux questions soulevées
    par les manifestants », a-t-elle poursuivi.

    « Les autorités marocaines sont engagées actuellement dans un
    programme de réformes important et nous les encourageons à
    avancer dans ce processus afin qu’il puisse produire des résultats
    significatifs au bénéfice de l’ensemble des citoyens », a-t-elle conclu.

    Des dizaines de personnes ont été blessées dimanche après que la
    police a dispersé par la force à Casablanca plusieurs centaines de jeunes du « Mouvement du 20 février », les empêchant de se rassembler dans
    un quartier populaire pour revendiquer des réformes politiques.

    A Tanger, la police a également dispersé plusieurs dizaines de
    manifestants du Mouvement du 20 février dans le quartier populaire
    de Beni Makada.

    L’Union européenne a annoncé la semaine dernière que le Maroc,
    ainsi que d’autres pays comme l’Egypte, allaient bénéficier de près de
    2,240 milliards d’euros d’aide au développement, à condition qu’il favorise
    « une démocratie durable et une économie solidaire »
    .

    AFP

    http://www.aufaitmaroc.com/actualites/maroc/2011/5/30/manifestations-au-maroc-la-commission-europeenne-fait-part-de-son-inquietude

  4. med dit :

    Je rejoints le premier commentaire.
    Par ailleurs, le communiqué de l’UE est démagogique et politique. Chez eux on assiste aux mêmes scènes, en Espagne notamment. Pas aussi déformées que chez nous, mais ils sont sur Youtube. Et ça va aller crescendo, j’en suis sûr. La Grèce n’en parlons pas. L’Irlande et le Portugal suivront probablement. La France un peu hésitante. L’Italie ça viendra…..

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s