L’Afghanistan et la danse des garçons (pédophilie)

Septembre  2010  | Anne-Laure Fournier  |  France 5 


 "La Danse des garçons afghans" est un documentaire exceptionnel sur les bacha bereesh : en Afghanistan, des hommes riches achètent de jeunes garçons beaux et pauvres pour en faire des danseurs et leurs esclaves sexuels. Le film offre un témoignage poignant sur une pratique ancestrale pourtant interdite. 

Dans une rue de Kaboul, Najibullah Quraishi vient d’acheter sans aucune difficulté une vingtaine de DVD de bacha bazi. Sur les images, on peut voir de jeunes garçons, déguisés en filles, danser devant une assemblée d’hommes mûrs. Les bacha bereesh, littéralement "garçons imberbes", ont été repérés dans la rue pour leur beauté.

Issus de milieux très pauvres et propriété de leurs riches maîtres, ils sont formés à la danse et au chant, mais souvent exploités sexuellement et parfois maltraités jusqu’au meurtre. Najibullah Quraishi est journaliste et a voulu enquêter sur cette tradition d’un autre âge, officiellement prohibée par le gouvernement afghan.

En réalité, le bacha bazi est en pleine expansion. Pour rencontrer Dastager, ancien chef de "moudjahidines", le reporter n’a pas hésité à lui faire croire que la même pratique existait en Europe. Ce mensonge aura pour effet de délier la langue de cet entrepreneur, propriétaire d’Imam, 15 ans. "Le bacha bazi vient du Pakistan, explique-t-il. Les combattants se sont réfugiés là-bas quand les Russes nous ont envahis. Et ils ont remis le bacha bazi à la mode parce qu’ils étaient désoeuvrés."

A propos des garçons, il raconte : "On les habille et on leur met des clochettes. On aime les voir danser… S’il y a du pouvoir et de l’argent, ils sont partants." Imam a un autre discours : "Ma famille a très peu d’argent. Je n’ai pas de quoi la faire vivre. Je suis obligé de faire ce que je fais."

Dans le nord du pays, réputé pour la beauté des garçons, des entremetteurs passent leur journée à repérer dans la rue de nouvelles proies. Dastager s’est entiché de Shafiq, un jeune garçon de 11 ans. Il le confie à Rafi, qui, pendant un an, le formera à la danse et au chant. Aux parents à qui il a versé de l’argent, il a promis nourriture et travail pour leur fils. Pour des hommes comme Dastager, posséder des danseurs est synonyme de réussite sociale. A la question de la nature des relations entretenues avec eux, un de ses amis affirme : "S’ils veulent coucher, il n’y a pas de problème et beaucoup le veulent."

Plus tard, les deux hommes, qui ont oublié la caméra, se souviennent en riant d’un garçon de 13-14 ans, dans le désert de Shadian : "Tout le monde buvait et tous ceux qui en avaient envie allaient dans la voiture et le faisaient. Il était allongé là, il ne bougeait même pas… Il était vraiment beau !"

Officiellement, l’âge du consentement sexuel en Afghanistan pour les hommes est de 18 ans : une loi que les autorités ne font pas appliquer. Nazir Alimy, en mission à l’Unicef, souligne la difficulté à combattre ce fléau qui s’étend à l’ensemble du pays : "Il est évident que presque tous les hommes qui sont impliqués dans ces réseaux sont des gens très puissants… Je ne peux pas les nommer parce que je tiens à ma vie."

Il n’est pas le seul à craindre pour sa sécurité. Un jeune danseur réussit, en l’absence de son propriétaire, à se confier au journaliste : "J’ai peur qu’il y ait des gens qui me battent ou qui me tuent, j’ai peur qu’ils m’enlèvent. Ma vie est fichue !" Ses craintes ne sont pas infondées.

______________________________________________________________

Extrait N° 1/2 du documentaire :

_____________________________________________________________

Victimes de leurs maîtres

Lors d’un précédent voyage, Najibullah Quraishi avait réussi à filmer Afiz, 15 ans, un des danseurs les plus prisés de la région. Lorsqu’il apprend que celui-ci a été assassiné, il part à la recherche de sa famille. Son frère lui apprendra qu’il était maltraité par son maître, trafiquant de drogue et chef de guerre. Il avait réussi à s’enfuir avec l’aide de son frère, mais avait reçu des menaces avant d’être finalement exécuté. L’un de ses meurtriers, un policier, ne fera que quelques mois de prison. Aujourd’hui, sa mère n’a plus d’illusions : « Quoi qu’ils fassent, ils ne sont jamais punis, ils sont puissants."

Même à l’Onu, la responsable du sort des enfants dans les pays en guerre se plaint de ne pouvoir agir comme elle le souhaiterait : "On me l’a dit ouvertement : “Ce ne sont pas des choses dont on parle.”"…

En Afghanistan, le journaliste a dû quitter en catastrophe le pays, soupçonné d’avoir aidé le jeune Shafiq à s’échapper. Celui-ci sera retrouvé par son propriétaire, mais une surprise l’attend…

______________________________________________________________

Extrait N° 2/2 du documentaire :

______________________________________________________________

______________________________________________________________

Voici également un autre article sur la question Afghane avec un échange de commentaires intéressant sur le sujet : http://t.co/VNPYW26

________________________________________________________

Septembre  2010  | Anne-Laure Fournier  |  France 5 

About these ads
Cette entrée, publiée dans Asie, est taguée , , , , , , , , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien.

12 réponses à L’Afghanistan et la danse des garçons (pédophilie)

  1. med dit :

    C’est avec ces sujets et ces images que les détracteurs de l’Islam veulent salir son image. L’Islam n’est nullement ce que font ou sont ceux qui s’attribuent le titre de musulmans. Cette façon de faire est une guerre psychologique que certain maitrisent et utilisent finement pour saper les fondements de notre religion qui est innocente de ces agissements. Les dérapages existent même dans les pays qui se disent civilisés et démocratiques. Mais le Brouhaha et ce vacarme médiatique qu’on donne à ces clichés dans un pays qui ne les suit pas sont très amplifiés, à tel enseigne qu’un ignorant de l’Islam dira que cette religion encouragent ces pratiques. Or nous savons, nous autres musulmans que ce n’est pas vrai. Chaque fois qu’ils veulent écorcher notre Islam ou des musulmans, ils sortent des histoires de … (vous m’excusez le terme). Même avec BL, ils ont sorti la scène des cassettes pornographiques
    A+

  2. dima dit :

    Pédophilie au Maroc : Une marocaine témoigne sur RMC

    "Une citoyenne marocaine a appelé le programme radio de
    Jean-Jacques Bourdin, sur RMC, pour donner son témoignage.
    C’est pas un scoop ce qu’elle dit. C’est la réalité de tous jours.
    Malheureusement.
    "

    http://www.demainonline.com/?p=5095

  3. dima dit :

    Reportage M6 : Boom du Tourisme Sexuel et Pédophile au Maroc

    "…8 ans, mineur de 8 ans pour… 150 euros/nuit. Ici les prix se
    négocient comme si on parlait d’une marchandise…"


  4. dima dit :

    Reportage M6 : Tourisme Pédophile au Maroc ou le cas d’un certain Mr Hervé…

    "…Mr Hervé a été arreté en compagnie d’un mineur de 14 ans en train de
    visionner des films pornographiques…"

  5. med dit :

    ROYAUME DU MAROC :4. algérie::ziiiiirooooooo.
    Fairplay.
    A+

  6. dima dit :

    اغتصاب طفل في مدرسة بأكادير

    http://lakome.com/videos/77-featured/5472-2011-06-07-17-16-32.html

  7. med dit :

    Vote: êtes vous pour la peine de mort à l’encontre des violeurs d’enfants?

    • rachid dit :

      ya que l’islam qui peut regler ses probleme de pedophilie par des chatiment corporele public sans aucune pitié tres severe montrer meme a la tele si le faut et les pedophile n’oserons plus toucher a aucun gamin car le systeme de loi actuelle dans casi tout les pays du monde la sentance est au pire de la prison et bien souvent des suivie medicaux tout en gardan sa liberté donc avec l’option de recommencer avant de repondre a ce que jai dit imaginé que ce quon voit a la tele sur les enfent violé c le votre et je pense que vous ne voudrais pas le revoir dehors de ci tot et penser a la soufrance de c enfant qui garderont ce souvenir atroce toute leur vie

  8. dima750 dit :

    الاعتداءات الجنسية على الأطفال في المغرب

    http://lakome.com/videos/77-featured/5515-2011-06-09-12-01-19.html

  9. Pascale dit :

    Pour ces enfants il faut agire auprès du président actuel Hamid Karzai, je comprend pas que l’unicef ne face pas plus de bruit médiatique pour ces viol d’enfant par ces hommes pédophile écoeurant peut importe la race ou la religion, les enfants doivent étre protéger de ces perverts

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s