Au Maroc : Triste censure / Tariq Ramadan

24.08.2011 |    Tariq Ramadan    |   Tariq Ramadan.Com

Ce devait être une belle et enthousiasmante collaboration. Le mensuel marocain "L’Economiste" m’avait demandé d’écrire une chronique par mois. Avec la fermeture du mensuel, l’article allait désormais être publié dans le quotidien. Le second devait l’être aujourd’hui même. Or, voilà que la rédaction en chef a voulu modifier le texte en remplaçant "aux allures d’un bateau royal" par "d’un bateau luxueux". Une censure inacceptable, mais surtout une auto-censure excessive. A l’heure où les peuples arabes se soulèvent pour leur dignité et leur liberté, et que le Maroc annonce des réformes contre la corruption et pour plus de transparence, il serait bon que les journaux et les journalistes marocains fassent honneur à leur fonction. Une attitude au fond honteuse, une histoire triste. Voici le texte en l’état. Le lecteur jugera et elle/il ferait bien de faire savoir à la rédaction de L’Economiste combien une telle attitude est indigne du Maroc que nous aimons. La collaboration s’arrête donc là. A bon entendeur.

Un si beau Maroc

J’aime le Maroc. Depuis le temps que je viens dans ce si beau pays, j’ai appris des paysages, des parfums, des cultures, des traditions ancestrales, riches et fières. J’ai rencontré des femmes et des hommes à la mémoire forte, à la dignité reconnue, avec du cœur, de la générosité et des sourires confiants en la vie. C’est un pays, c’est un être, c’est un destin.

Cet été, en y jeûnant pour la nième année consécutive, je réfléchissais aux racines de cette identité, à ce qu’elles étaient, et à ce que ce pays pouvait offrir non seulement à ses citoyens, mais également à ses visiteurs comme au monde. Au demeurant, je ne suis pas toujours persuadé que les Marocaines et les Marocains soient eux-mêmes conscients des richesses qui les habitent, de ce qu’ils portent intimement et qu’ils devraient pouvoir offrir. A soi, dans la célébration ; à autrui, dans le respect.

J’ai vu et aimé ce cœur, cette générosité, ce sens de la famille et du service. Le Maroc, c’est aussi cet Orient des origines qui, loin des projections orientalistes, se définit par soi, en une multitude de langues, d’appartenances, de cultures et de mémoires. Ces identités multiples ne se disputent que quand elles sont superficielles et instrumentalisées : dans le fond, elles sont la richesse du Maroc, elles s’enrichissent et se fertilisent mutuellement. Ecouter deux Marocain(e)s parler de leur origine au cœur de ce pays, c’est entrer dans un univers de villages, de liens locaux, d’une pluralité qui unifie. Et pendant le Ramadan, une ferveur si palpable et sincère : un mois où les mosquées débordent, où le cœur est ouvert et les yeux pleurent. Beaucoup, et profondément.

Le Maroc est aussi un pays de toutes les contradictions. J’entends encore les mots de certains touristes français, ou anglais, ou américains me parler de leurs séjours marocains. Trouvant à Casablanca, à Marrakech ou même à Tanger, les espaces de cette liberté chérie en Occident. C’est un pays, disent-ils, où le soleil est gratuit, l’alcool et la drogue bon marché, la prostitution jeune, discrète et peu chère. C’est le pays des nouveaux casinos qui colonisent des esprits, détruisent des vies, déciment des familles. Le Maroc qui devrait offrir de son être est colonisé au cœur de son être par les pires excès des sociétés industrialisées. La logique économique, et touristique, semblerait avoir raison, peu à peu, de l’âme marocaine.

Se peut-il qu’il en soit ainsi ? Se peut-il que les Marocains s’ignorent tant qu’ils acceptent d’être emportés par la culture de l’ivresse de l’alcool, des casinos et des drogues et que leurs enfants soient les proies faciles d’un tourisme sexuel immoral. Se peut-il vraiment ? Au Nord du Maroc, j’ai tourné mes yeux vers la mer et j’ai aperçu au loin une belle embarcation aux allures d’un bateau royal. J’ai souri et pensé à tous ceux qui sont, soit responsables des réformes, soit qui y aspirent. Mon imagination et mon cœur leur envoyèrent ensemble une requête : ne laissez pas le Maroc perdre son identité au nom d’impératifs financiers destructeurs. Au-delà de vos contradictions, n’est-il donc point possible de réconcilier tradition et ouverture, liberté et dignité ? Ce ne devrait point être le tourisme qui colonise de ses excès le Maroc mais ce dernier qui offre à ses touristes le sens de l’être, du don et du respect.

J’ai tourné mes yeux vers la mer, en cette fin du Ramadan, et espéré que les portes des Royaumes soient aussi ouvertes que les portes du ciel, celles du Miséricordieux en Sa Royauté suprême.

______________________________________________________________

Vidéo aAjoutée par le 29 sept. 2011

"Saisissant la présence de Tarik Ramadan à Montréal, M télé a voulu en savoir plus sur l’histoire de sa chronique censurée par le journal marocain "l’économiste". "L’économiste" n’a pas répondu à nos invitations pour donner sa version des faits."

______________________________________________________________

About these ads
Cette entrée, publiée dans Maroc, est taguée , , , , , , , , , . Bookmarquez ce permalien.

68 réponses à Au Maroc : Triste censure / Tariq Ramadan

  1. Salim dit :

    Le texte est rétrograde et démagogue, vision d’un religieux frustré. Les habitudes dont parle l’auteur (alcool, drogue, prostitution, jeu) sont aussi vieilles que le monde et ne sont pas uniquement l’apanage des sociétés occidentales industrialisées. On buvait de l’alcool avant et après l’islamisation du Maroc. On jouait des jeux d’argent bien avant les phéniciens. On abusait des plaisirs charnels de jeunes filles sous les romains et sous toutes les dynasties arabes…

    • Fatemah dit :

      Au lieu d’attaquer la personne de l’auteur et faire de la psychanalyse à deux balles .;vous feriez mieux de nous expliquer la démarche makhzeniene et despotique du journal l’economiste!
      quant à justifier la présence de la drogue et le viol des enfants au Maroc par l’existance de cette pratique dans l’Histoire romaine et raelienne , laissez moi me poser la question sur votre definition de la frustration que vous jettez sur la figure de Tareq Ramadan!
      Il se peut que vous , trouvez normal que nos enfants soient des objets sexuels entre les mains des plus offrants, il se peut que vous soyez vous même un client de ce genre de pratique, ce qui expliquerait votre haineà tous ceux qui la combattent mais souffrez que je vous aprenne monsieur le progresssite , le non frustré que cette pratique est interdite dans les pays les moins "frustré" au monde les moins religieux à commencer par la France ..Idem pour la drogue.
      Une maman

    • Picotine dit :

      Entièrement d’accord avec Salim, heureuse et soulagée de constater un point de vue aussi pertinent affirmé de cette manière. Bravo!

    • yassine dit :

      Les esprits d’élite discutent des idées, les esprits moyens discutent des événements, les esprits médiocres discutent des personnes. [Jules Romains]
      au lieu de discuter le vrai problème vous juger celui qui vous décrit le problème
      shame on you

      • Driss dit :

        Bien dit Si yassine, au lieu d’instaurer un débat intéressant sur le fond du pb, on s’acharne sur les personnes et les anecdotes de la societe. fa hal yastawi alladi ya3lamoune walladi la ya3lamoune ?

    • younes dit :

      rétrograde ? Est ce que la critique de l’état des jeunes d’aujourd’hui qui n’ont de préoccupations que les plaisirs du corps font qu’un texte est rétrograde ,

      démagogue? Je ne vois point ou est la flatterie envers quiconque dans ce texte , il est au contraire très critique…

      Ensuite la justification que vous donnez à des fléaux dangereux comme la pédophilie et la prostitution est tout à fait scandaleuse et irrespectueuse , si ça existait discretement depuis la nuit des temps , je peux le comprendre , mais que ça existe aujourd’hui de la manière la plus inhumaine , et la plus immorale , je ne peux pas l’accepter .

      Pour conclure je dirait que , des que quelqu’un ne flatte pas nos modes de vie misérable auxquels nous tenons comme à la prunelle de nos yeux , on se mets à attaquer nos détracteurs , c’est tout simplement pitoyable

      • Halima dit :

        je suis entièrement d’accord avec vous Younes..faut discuter le problème sans tomber dans la critique vicieuse..Dr Tarik Ramadan n’a pas attaqué notre pays, il a juste signalé des contradictions et l’existence de maladies sociales…si on aime ce pays on doit à mon avis cesser d’en dire des éloges sur la beauté de la façade en ignorant la fragilité de ces fondamentaux!!!

    • Zineb dit :

      Tariq Ramadan dit vrai, Salim. Tu as bien raison en disant que ce sont des pratiques vieilles comme le monde, et nous sommes tous au courant de l’existence de la prostitution, de la drogue, etc .. Ce qui est malheureux, et selon ce que j’ai compris du texte de Tariq Ramadan, c’est le souvenir que gardent les touristes de notre pays. Non pas la beauté de Maroc, ou la chaleur des marocains, non pas la richesse de notre culture, mais plutôt ce genre de pratique. Chacun fait ce qu’il veut de soi, et adopte les conduites qu’il lui convient, c’est le principe de la liberté individuelle, dans la mesure de la législation, qu’elle soit appliquée ou pas. Seulement notre pays ne se résume pas à ça, et nous avons beaucoup mieux à offrir, des choses dont nous pouvons être réellement fiers.
      Ensuite, qu’as-tu à répondre sur la question de la censure ? Que lorsque des pays comme la Libye, l’Egypte et la Tunisie prennent la peine de s’affirmer, de se révolter, de dire non à la dictature, non à la censure, non à l’absence de Liberté, un grand journal se permet encore de remplacer "royal" par "luxueux" ? De censurer un grand homme tel que Tariq Ramadan ? Il est loin d’être un "religieux frustré". Moi même qui suis très loin d’être la musulmane parfaite, et profitant des plaisirs de la vie, trouve qu’il a un point de vue très ouvert sur notre religieux.

    • Abdelali dit :

      Monsieur Salim, je crois que vous avez entièrement tort quand vous dites que le texte est démaguoge et rétrograde car tout simplement c’est la réalité des choses que les personnes comme vous détournent et n’osent pas affirmer car, soit ça joue en votre faveur (vous détenez des maisons de prostitutions, des bars ou des boites de nuits …), et ça maximise le bénéfice et la pérennité de votre business.
      Moi, je suis un jeune qui est en quête de sa propre identité et sincérement, de nos jours, on la perd sans nous en rendre compte : facebook, soirées White, vague de mode venant de l’Europe et des USA avec des vêtements qui LUTTENT contre la pudeur et les bonnes moeurs, les séries turques, mexicaines, européennes qui essayent (et ont atteint leur objectif) de rendre ce peuple soit disant ouvert !!!!!
      Salim, comment arrivez-vous à concevoir, que dans un pays musulman, des jeunes dames de 20, 25 ans sortent en pleines journées de ramadan avec des micros jupes, aussi que les boites de nuit ou les cafés de chicha connaissent un succès comme pas possible du moment que ce sont les mosquées et les bibliothèques qui doivent être inaugurées afin de promouvoir la recherche scientifique et religieuse et permettre à ce peuple qui perd ses repères de renouer avec l’Islam et de faire renaître ces chercheurs, ces imams, ces marocains qui ont fait la fierté de notre cher Maroc !!
      Espérons que les prochaines années apportent un vent de changement qui se répercutera positivement sur le Maroc et ses chers habitants.
      In-chaâ-Allah.

    • Mahdi dit :

      Que ces pratiques datent de la nuit des temps, ne justifie pas le fait qu’on doit pas les dénoncer, on est plus au moyen age…

    • bichou dit :

      moins on le commente, mieux on ne remuera pas encore plus le couteau dans la plaie. Tarek Ramadan ne nous dit que ce nous savons tous. Et des réactions de ce genre, le votre, rappelle celle de tous les musulmans (de par leur culture et affiliation) qui s’offusquent dès qu’un esprit brillant pose un débat de société…égratignant le monde musulman. rappelez-vous des versets sataniques. Nos réactions épidermiques et insensées ont participé énormément à établir la notoriété de l’auteur, le britannique, Salman Rushdi… Savoir raison garder, dirait l’autre

  2. Salim B dit :

    Ton commentaire salim est clairement subjectif et malhonnête , car on peut pas comparer l’incomparable, le Maroc d’aujourd’hui est entrain d’être submergé par des pratiques normalement ultra minoritaires réservés à quelques puissants dans d’autres temps que tu as cité et qui tendent a se transformer aujourd’hui en généralité dans la société !
    Ce que je trouve vraiment déplacé indigne et démagogue, c’est a chaque fois, que quelqu’un dénonce la prostitution et la pédophilie au Maroc qui gagne de plus en plus de terrain, y a toujours un idiot profond pour le traiter de "religieux frustré"… Et on préfère défendre la pédophilie et la prostitution généralisée juste pour essayer dégager une frustration radicalement anti religieuse !
    Au lieu d’accuser, et de faire des procès d’intentions comme ça, faudra commencer à comprendre que si on réagit pas a cette situation, demain nos enfants pourront être victimes de ces pratiques inacceptables que le pays soit occidental ou pas, car justement des "touristes" viennent faire au Maroc ce qu’ils peuvent pas faire dans leurs pays occidentaux…

  3. Jihane Jao dit :

    Loin de l’idée que je me faisais de Tariq Ramadan, en tant que religieux frustré comme vous l’appelez, je ne trouve en rien frustré son texte, au contraire je découvre un texte fluide et une vision, une opinion et un avis d’un visiteur qu’on doit respecter.
    Et là vous passez à coté du coeur du sujet initial qu’est la censure, comment pensez vous allez de l’avant, vous informez, vous ouvrir sur le monde avec comme moyen une presse pareille, des fois je me dis qu’ils n’hésiteraient pas à éradiquer des mots et des appellations du dictionnaire pour se satisfaire.
    C’est honteux pour mon pays….ils ne veulent pas sortir du chemin tracé par leurs annonceurs en fouillant dans le sens du sens du figuré pour censurer…
    Et à Salim je dis, personne ne nie le fait que l’alcool, drogue….et tout ce dont tu parles a fait partie de toutes ces époques que tu cites, l’auteur ne parle que des excès de ces derniers, qd tu verras des mineurs de 16ans et de 14 ans qui vendent leurs derrières pour 50dhs à des touristes, là tu auras de la haine, et là tu verras le revers de la médaille, sinon reviens à ces époques que tu cites, tu y degustera des plaisirs charnels comme tu les appelles!
    A bon entendeur!

  4. Deux débats légitimes se télescopent ici : la censure et les faits de société. La censure simplement bête de l’Economiste qui veut se parer d’une signature très appréciée par de larges franges du lectorat, sans lui permettre la moindre allusion aux responsabilités du pouvoir politique dans les problèmes du pays. Les idées de Ramadan se discutent par ailleurs. Salim n’a pas nié les problèmes ou amoindri leur importance ; il a simplement discuté leurs origines, exogènes, actuelles, ou historiques et indépendantes de la religion dominante. Je crois que c’est un débat fort intéressant où l’opprobre, d’où qu’il vienne, est malvenu car contre-productif.

  5. fikri dit :

    J’ai beau cherché la censure entre royal et luxueux, je n’en vois pas, les deux adjectifs se vallent. Maintenant, ce que RAMADAN, en s’inspirant de RAMADAN, nous sort en ce mois sacré, c’est ce qui oppose l’humain à la religion ou à la morale, et essaie de nous faire porter le chapeau. Ma réponse est toute simple, ce fléau existe, et malheureusement, partout, dans tous les pays musulmans. Au MAROC, on peut le visiter, et parler aux gens, et parler de tout, sans censure, ce qui n’est pas le cas dans leas autres pays. Et ce problème ne sera pas résolu par les critiques, mais avec l’action sur le terrain. Donc, les moralisateurs, on en a plein les bottes! Action, sinon mangez votre morale, en ce mois de jeûne, et bon appétit.

    • dima dit :

      Le Roi a l’habitude de prendre ses aises estivales ou autres au large
      du Nord du Maroc…

      Subtile est aussi la plume de Tariq Ramadan.

    • dima dit :

      "Saisissant la présence de Tarik Ramadan à Montréal, M télé
      a voulu en savoir plus sur l’histoire de sa chronique censurée
      par le journal marocain "l’économiste". "L’économiste" n’a pas
      répondu à nos invitations pour donner sa version des faits."

  6. Pour la censure on ne peut qu’être CONTRE! En revanche, pour ce qui est du propos de Tariq Ramdan contenu dans cette article, là encore difficile de s’y opposer. Mais, pour le reste des idées de Tariq Ramdan, chacun est libre d’en faire la lecture qu’il souhaite. Et combien même il nécessaire de lire Tariq Ramdan et en juger le contenu vous même au lieu que d’autres continuent à vous lire ses » Écrits » plus ou moins honnêtement.

    Je vous invite à visionner cette vidéo, déjà partagé ici: http://wp.me/p1ldep-t0

  7. Driss C. Jaydane dit :

    Ceux qui, au Maroc, ont a ce point usé de violences, symboliques et, malheureusement physiques, ceux qui ont terrorisé les intellectuels et les artistes au point, qu’aujourd’hui, nos journalistes ont un flic dans la tête et, plutôt que d’user légitimement de leur liberté, commettent, chaque jour, l’Abus d’Obéissance, ceux-là, donc qui ont, d’une certaine manière institué un Ministère des Peurs, sont, étrangement les mêmes qui, depuis des années empêchent bons nombres de militants associatifs de lutter contre la pédophilie.
    Quant à la question de l’alcool, notre jeunesse, c’est un fait, boit. Et elle ne sait pas boire. Mais comment de fait, apprendre à boire en terre d’Islam ? La question mérite d’être posée. Techniquement. Car il est vrai que nous ne savons pas, au Maroc, comme dans d’autres sociétés, d’autres cultures, "boire un bon verre de vin" , et que nous sombrons très vite dans la beuverie et les excès, les dangers de toutes sortes, auxquels, avec la consommation de drogues dures et disponibles en quantités illimités, l’alcool conduit inévitablement. Mais ces excès sont aussi symptomatiques d’un besoin, d’un besoin, d’une nécessité et finalement d’un désir, probablement furieux de se faire du bien, le temps d’une bouteille, d’une ceinture de cachets, d’une nuit fauve dont on aura, le lendemain, oublié qu’elle l’aura été. Ce désir, avec sa puissance et sa fureur, appelle un diagnostic, car elle concerne les démunis comme les nantis. Faire la Généalogie de nos excès, de nos pathologies, c’est aussi, et d’abord, faire de la politique.

  8. Karim R'Bati dit :

    L’attitude de l’Economiste est symptomatique d’un Makhzen aux aboies, un Makhzen désespérément à la recherche de plumitifs, susceptibles de noyer la réalité factuelle du printemps marocain dans un océan de rhétorique (T. Ben Jelloun, Fouad Laroui, etc.), . Quant à T. Ramadan, on peut l’apprécier ou pas, adhérer ou pas à ses idées, mais il faut lui reconnaître une certaine cohérence dans ses propos et notamment le fait qu’il n’a cédé ni à l’intimidation intellectuelle, ni à la censure d’un hebdomadaire connu pour ses accointances avec le néo- Makhzen économique et, à ce propos, il faut juste souligner la petite pique et l’appel à l’éveil des consciences de nos journalistes, sinon corrompus- du moins bâillonnés. Pour ce qui est des ravages du tourisme sexuel, ce sont des faits incontestables, qu’il convient de dénoncer avec la plus grande fermeté. T. Ramadan l’a peut être fait dans le cadre de son idéologie, il n’en demeure pas moins qu’il nous touche là où ça nous fait mal: dans notre dignité. Et il dit absolument vrai quant il pointe le fait que le Maroc est entrain de perdre peu à peu son âme, en se vendant à la racaille touristique de la France, à ces pauvres minables petits pervers français et autres qui souillent nos enfants, détruisent notre société et trahissent les règles les plus élémentaire de l’hospitalité. Encore une fois, ne nous voilons pas la face, un tel phénomène n’aurait pu être rendu possible sans la complicité de l’état makhzanien; lequel compense, à moindre frais (pense-t-il), la corruption, l’affairisme comprador et le pillage des ressources naturelles du pays, par le bradage de larges pans de notre souveraineté nationale y compris dans ce qui forme notre irréductible humanité: notre dignité, celle de nos enfants, qui est aussi celle des citoyens marocains de demain…
    Karim R’Bati

  9. yassir dit :

    Question bête mais nécessaire : Est ce qu’il n’en fait pas un peu trop, Tarik ? Criez à la censure parce qu’on a remplacé "bateau royal" par "bateau luxueux" me semble exagéré. C’est un peu fort de café de se flageller ainsi sauf à chercher la polémique. Faut il pour autant considérer que l’économiste est un journal de censeurs ! Je ne pense pas que son article révolutionne quoi que ce soit dans l’opinion qu’on a du Maroc. Et n’en déplaise à certains. Non, Tarik Ramadan n’est pas un religieux frustré. Non, l’économiste n’est pas un journal de censeurs. La théorie qu’il développe dedans, me semble assez proche de celle de Paul Virillo ("surtout arrêtons le progrès car il nous conduira à notre perte !"). Intéressante comme philosophie mais incohérente avec l’image d’une société en mouvement ! Toutefois, ça ne mérite pas d’en faire un patatras pareil. Et tout ça pour un adjectif ? Crier au loup, c’est pas "royal", Monsieur Ramadan.

    • Baboo dit :

      Tu donnes l’impression de rien comprendre, le problème n’est pas de changer un mot (« bateau royal ») par un autre (« bateau luxueux ») … c’est une pratique courante dans les salles de rédactions; il s’agit plutôt de tester le degré de compromis et d’intimider un intellectuel. De plus, la métaphore du bateau royal n’est pas anodine, elle rappelle vraiment un certain bateau royal (celui d’un certain Hassan II) dans la conscience collective … Mettez cette métaphore dans le contexte de la cohérence textuelle de l’article et vous y verrez le sens latent. S’il vous a échappé, c’est que tu refuse de le voir

  10. Adil.B dit :

    Je vis en Chine actuellement, et ici, toutes les épiceries vendent de l’alcool, et sont ouvertes 24h/24h! Et pourtant point de soulards, et point de bagarres d’ivrognes, comme c’est malheureusement le cas chez nous! Ce qui m’amène a dire, qu’interdire l’alcool, c’est traiter le symptôme, et non la maladie. Il faut donc chercher ailleurs les origines de nos "excès"

  11. nass.dima@gmail.com dit :

    Au Maroc nous avons des journalistes complétement schkézophrènes

  12. houda dit :

    les vices existent dans toutes les sociétés , évidement nous déplorons tous l’existence de la pédophilie .il n’y a rien de nouveau et nous essayons de lutter contre cela .
    . pour ce qui est de la censure , je pense qu’il n’y a pas lieu de faire une histoire , L’Economiste a censuré un mot et pas la totalité de l’article ,par respect ; car il faut le rappeler à Mr Ramadan nous sommes dans un Royaume .
    Ils auraient peut être dû refuser tout l’article ce n’est encore qu’une chasse aux sorcière d’un homme qui a construit sa personnalité autour de la critique des musulmans modérés , en les diabolisant et en mettant tous les vices de l’Homme sur leurs épaules .
    Le Maroc est un pays de liberté et de respect de l’autre , Mr Ramadan et si vous n’avez pas compris cela , trouvez un autre pays où passer ce mois sacré .

  13. Beznas dit :

    Pourquoi vient-il passer le Ramadan au Maroc alors si ce Maroc est tellement mal au point.

  14. HiM dit :

    Bravo Monsieur Ramadan, vous visitez le Maroc quelques fois mais vous semblez le connaitre mieux que ceux qui l’habitent. Si cela n’est pas vrais, laissez moi vous dire que votre objectivité et la nature des problèmes que vous soulevez touchent tous les vrais Marocains.
    Je crois que le message est clair et précis, il est impératif et urgent de combattre ces fléaux qui font mal et honte à tout le monde.

    AbderraHim

  15. Le Bach dit :

    On remplace donc Royal par Luxueux…allons donc….nen deplaise a qui de droit…..la reaction de L`économiste est profondement débile et ridicule. cest de l eau au moulin des narquois du Maroc, du pain beni pour tous ceux qui rient sous cape maintenant……pas etonnant que la reaction de Mr Ramadane n aie ete subtilement orientees sur ces lourdes questions de Societe, Ils ne nous a pas rate cette fois ci !

  16. s’autocensurer cela veut dire tout simplement que ce n’est pas encore gagné! Quant à Ramadan, contrairement à certains ici, je le remercie de croire encore en nous (peuple marocain) parce que nous-mêmes, ou du moins une grande partie de nous a cessé de croire que cette nation pourrait encore se ressaisir et puiser en elle-même les clés de sa force.
    Nier les vices qui nous rangent ne va pas les faire disparaître, pourtant c’est malheureusement une attitude bien marocaine et je vous renvoie au porte-parole du gouvernement pour comprendre de quoi je parle.

  17. AICHA HILM dit :

    On nous envie notre Maroc, notre stabilité et nos richesses culturelles ,c’est clair comme de l’eau de roche ! Sinon,pourquoi regarderait-on la moitié vide du verre ? Seul le Divin est parfait,et tant qu’il y aura des hommes sur cette terre, il y aura toujours des excès conduisant aux pires des vices ..et des sévices! En cette matière, Oum Addounia est passée maitresse , et je cite la tristement célèbre Ère d’Ouverture Égyptienne !Ce n’est pas en dénigrant les autres que l’on gagne plus d’estime ou de dignité.. le Maroc comme les autres pays lutte contre ces fléaux comme il peut ,et au moins ici,nous avons des ONG et nous discutons de tout sans tabous depuis plusieurs années ,ce qui n’est pas le cas ailleurs ..L’allusion (bateau royal) est donc déplacée car notre roi-citoyen fait tout ce qu’il peut pour changer les choses .. Et si Mr. Ramadan a vraiment passé ces derniers jours au Maroc, il a dû constater le nombre d’inaugurations de centres de désintoxication (rehab) et le nombre de centres pour la formation professionnelle des jeunes .. Notre monarque fait tout ce qu’il peut et donne le bon exemple… Le changement tous azimuts est bien là..il faudrait juste que nous soyons prêts pour l’accueillir ..Et il faudrait aussi être plus objectif et faire de l’introspection ,de temps à autre..Il y a un dicton Marocain qui dit :"le chameau ne voit jamais sa propre bosse,mais toujours celles des autres."Sans rancune..aucune !

  18. tarik hasim dit :

    M Ramadan est une personne que je respecte bcp et que je suis depuis ltps. Ce qui me permet de dire que le choix du mot n’est pas fortuit, connaissant la force sémantique et de rhétorique dont dispose son auteur. L’intervention de l’auteur est née peut être d’un sentiment profond d’attachement au maroc, qui ne peut tolérer une déperdition de l’identité morale ou culturelle le rendant unique (au moins du point de vue de l’auteur). Toutefois les vices qui le dénaturent ne sont pas propres au maroc. C’est la contrainte de la mondialisation et de l’ouverture non régulée tout azimut (une nouvelle forme de colonisation et dc de soumission). Ce n’est pas un choix donc, mais une contrainte que vivent tous les pays surfant sur la vague de l’ouverture. Le corps du texte en lui ne renvoie à aucune raison valable de le censurer (le cas échéant),le mot royal par contre pourrait prêter à confusion suivant le contexte voulu par l’auteur, ce qui pourrait être l’origine de la dite censure. Toutefois deux points sont saillants: si le mot est relatif à une institution et ne remplit nullement son usage d’adjectif censé dire "luxueux", je serai d’accord avec cette censure qui ne veut devenir le prêche d’un élément en dehors du système et ne représentant que lui même. Quand on est animé par de bonnes intentions, on le fait savoir et on formule une critique constructive, et on respecte la tribune qui vous connaissant, vous a invité à vous exprimer..sauf s’il y a d’autres desseins.

  19. Axel dit :

    Je salue bien bas les interventions de Salim et surtout Driss Jaydane.
    Ce texte est nian-nian et mièvre. Le Maroc il est beau, les méchants français amènent tout le mal, un touriste est un colon ivrogne et pervers, tandis que le marocain est vertueux, pur et pieux. Si ça c’est pas de la démagogie ! Sont-ce des touristes (chinois, allemands, argentins?) qui font la queue devant Marjane à minuit le jour même de la fin de Ramadan? Les vices et vertus ne sont pas nationales. Les petites bonnes, les affaires de viol dans les lycées, les étudiantes précaires laissées à elles-mêmes, l’ensemble des questions sociales au Maroc sont sans rapport avec le tourisme (même s’il y a aussi un tourisme sexuel réel et coupable). Désigner l’étranger, et de manière très claire le non-musulman comme bouc émissaire de la situation marocaine, c’est ou bien être ignorant, ou bien se foutre de la gueule du monde. M Ramadan drague les buses pour leur vendre une image retouchée sur photoshop d’un Maroc imaginaire, ou peut-être de lui-même. On a vu des censures autrement plus lourdes et nettement moins dénoncées par T. Ramadan. Il y a même des scandales quotidiens au Maroc, contre des gens pieux et des gens moins pieux, contre cette liberté de conscience que réclame pour lui T. Ramadan (et ses fans), sur lesquels nous ne l’entendrons jamais. Est-ce de censurer Ramdan qui est la faute, ou de censurer tous les marocains (qui se censurent aussi beaucoup les uns les autres !).

    "Trouvant à Casablanca, à Marrakech ou même à Tanger, les espaces de cette liberté chérie en Occident. C’est un pays, disent-ils, où le soleil est gratuit, l’alcool et la drogue bon marché, la prostitution jeune, discrète et peu chère. C’est le pays des nouveaux casinos qui colonisent des esprits, détruisent des vies, déciment des familles."
    Le soleil est gratuit partout, l’alcool n’est pas bon marché (c’est presque aussi cher qu’en France!) et je ne sais rien de la prostitution ou des casinos. On ne fréquente pas les mêmes les personnes.

    Et aiguiser le racisme en accusant un occident aussi imaginaire que l’Orient de l’orientalisme, sans rien dire de la politique marocaine…Quel courage.

    "Alambic" est un mot arabe qui désigne une machine à distiller des plantes pour faire de l’alcool.

    • dima dit :

      "sans rien dire de la politique marocaine…Quel courage"

      "Au Nord du Maroc, j’ai tourné mes yeux vers la mer et
      j’ai aperçu au loin une belle embarcation aux allures d’un
      bateau royal. J’ai souri et pensé à tous ceux qui sont, soit
      responsables des réformes, soit qui y aspirent. Mon
      imagination et mon cœur leur envoyèrent ensemble une
      requête : ne laissez pas le Maroc perdre son identité au
      nom d’impératifs financiers destructeurs
      . Au-delà de vos
      contradictions, n’est-il donc point possible de réconcilier
      tradition et ouverture, liberté et dignité ?" dixit
      Tariq Ramadan.

      • Axel dit :

        J’ai une question: Tariq Ramadan est mal vu par les Français non musulmans (et par certains musulmans aussi). Certains le diabolisent et c’est excessif, mais ce qu’on lui reproche en général, c’est d’avancer masqué. On est d’accord ou pas, on en discute, on parle de ses livres etc.
        Mais pourquoi ceux qui lui trouvent tant de qualités, le défendent(ils avec autant d’acharnement? Il vit bien, voyage beaucoup, est une star du petit écran dans une dizaine de pays, et il peut – car c’est un homme – aussi se tromper, dire des âneries voire être critiqué à bon droit.

        Ce que je reproche Ramadan de manière générale, c’est de se taire sur l’autoritarisme des régimes politiques d’où qu’ils soient. M. Ramadan peut s’exprimer partout plus que la plupart des gens. Critiquer le capitalisme, ok. Mais l’identité du Maroc, c’est quoi? Il n’y a pas plus d’identité nationale au Maroc qu’en France, il y a une nation et cette histoire riche qui donne lieu à pleins d’identités religieuses, politiques etc. Le hic c’est qu’elles ne peuvent pas s’exprimer.

        Quelle identité nationale faut-il au Maroc? Contre qui?

      • dima dit :

        Du coq à l’ane, s’est fourvoyée la mouche comme semblent l’etre
        certains commentaires et c’est bien dommage pour un intellectuel
        de l’envergure de Ramadan. Il faut bien s’avouer que le répondant
        n’est pas la panacée de tout le monde et s’il y avait un regret à émettre :
        c’est que ce texte ne soit pas publié parce qu’il n’y a absolument pas
        de quoi fouetter un chat. Bien des chroniques et des articles ont été
        plus mordants et plus critiques que le dernier papier de Ramadan.
        Si une certaine presse veut s’autocensurer et consolider des lignes
        rouges qui n’ont plus lieu d’etre, c’est son droit le plus absolu…
        Après tout, faire l’autruche et laisser propérer le tourisme sexuel
        c’est l’apanage des irresponsables qui n’aiment ni leur pays ni leur
        progéniture.

  20. temsamani rachid dit :

    Vous m’avez déçu M. Ramadan. Finalement vos détracteurs ont raison. Vous êtes un démagogue et un intégriste virulent déguisé en islamiste ouvert et tolérant. Dans votre article vous cherchiez à rallumer le brasier du 20 février qui a échoué et a compris que ce beau pays, comme vous aimez à l’appeler, est uni autour de son ROI et ce bateau royal ne nous dérange absolument pas. Ce qui me dérange personnellement c’est venant de vous car je comprends parfaitement les connotations que vous cherchiez à véhiculer à travers cette association de mots indésirables. M. Ramadan ! je suis doublement déçu. Vous parlez du Maroc avec les yeux d’un occidental frustré qui vient assouvir ses frustrations chez nous. Nous sommes certes victimes de certains abus de gens sans scrupules, mais ne croyez surtout pas que c’est monnaie courante. C’est pareil que partout dans le monde : à Beyrouth, à Djeddah, à Ramallah, c’est pareil partout. Je vous invite à redécouvrir le vrai Maroc car finalement vous n’avez pas vu au delà du cachet que vous allez percevoir en écrivant votre article à l’Econimiste. Ce que je dirai plutôt à l’Economiste c’est de bien choisir leur collaborateur à l’avenir et de laisser les serpents muer tranquillement à l’ombre. M. Ramadan ! vous venez de perdre un ancien admirateur. ! Je ne vous lirai plus !

  21. Le khouribgui dit :

    Bonjour,
    voyez vous pas qu’au lieu de mettre l’accent sur les deux idées claires et fondamentales derrière cette publication et qui sont en premier lieu "la censure" puis "les propos de tarik dans son article" nous sommes tous maintenant entrain de discuter les "préjugés" émanant d’une idéologie propre à chacun, les "progressistes" devant un "barbu" deviennent sourds aux idées, les "barbus" devant un "progressiste" deviennent sourds aux idées. malgré eux ils confirment la véracité du proverbe "le cœur à sa raison que la raison ignore" j’ajouterais que le cœur est l’ennemie de la raison, il a tendance à nous rappeler l’être que nous sommes, que la société avec ses croyances a construit qui n’est pas peut être encore s’est soumis au processus de reconstitution de Soi que Descartes nous a proposé, commençant par le doute et achevé par la refonte de soi. libérons nous autant qu’on peut de nos préjugés partageons des réflexions rationnelles ! personnellement j’Essaye de le faire.
    Mon avis sur le sujet mélangé avec un peu de sentiments:
    1- Censure: Acte inacceptable, incarne une décadence intellectuelle. l’économiste a voulu s’approcher de tarik pour l’indéniable cause lucrative des journaux vu sa renommé mais ils ont oublié qu’avec les grands hommes ca se passe différemment, il a bien fait de les remettre à leur place.
    2- Propos de Tarik sur le Maroc : c’est plus un journal intime qu’un article visant à décortiquer le phénomène. Ce sujet est connu pour tout le monde et dans sa nature ne supporte même pas une dialectique. Qu’il le dit Tarik ou Khalid les thèses sont facilement vérifiables sur le terrain et méritent la grande attention de tous les marocains barbus ou progressistes car ce sont leurs descendants qui sont en jeu.

  22. L'eclaireur dit :

    Sallam à toutes et à tous,

    Merci Mr. Ramadan de nous rappeler que notre cher pays est toujours le même. Rien n’a changé.. Du moins, pour l’instant. Un journaliste censuré, un tourisme déguisé, des enfants abusé, mais surtout un peuple divisé. Notre vrai problème est notre mésentente. Le Maroc a subit durant les 10 à 11 dernières années une lancée et un boost considérable. Malheureusement, ce boom a bénéficié a quelques-uns ce qui a permit au gap social de s’élargir. Je pense que Dr. Ramadan a simplement partagé avec nous sa propre expérience du Maroc. Il surligne la beauté sublime de notre pays. Il rappelle la vision externes et indignantes de touristes étrangers. Je voudrais rappeler que pleins d’autre touristes viennent pour la beauté de notre pays plus que pour tous les plaisirs de débauches qu’on peut s’y procurer.

    Maintenant, traitons chaque chose à la fois…
    1/ La censure:
    Cette censure fut appliqué durant des années au Maroc.. Je me rapelle de moi étant petit ne pouvant pas dire "El Malik" sans être regardé par tous le monde d’un air méfiant. Au fur et à mesure que le temps passe, on a appris à fermer nos gueule. Spécialement quand il s’agit de critiquer ou faire allusion au trône. On a grandit ainsi. Mais ce-ci fut de l’ère de Feu S.M Hassan II qui fût, à mon avis, un grand roi malgré tous.
    Alors, du haut de ma grosse tête de Marocain ou Bikhiiir!! J’ai été surpris de savoir que cette même peur existe encore dans les coeurs de gens plus âgés que moi. "Comment est-ce possible? Il s’énerve parce que je viens de critiquer mon Roi!" en me posant cette question j’ai compris. Ces gens là ont tellement pris l’habitude de cette censure qu’ils se l’appliquent en premier lieu. Et moi j’ai une chose à leur dire: "Critiquer ne veut pas nécessairement dire détester.. Ça veut simplement dire que je ne suis pas d’accord avec ce qui est fait. POINT!"

    2/Alcool, Drogue & Plus si tu peux payer

    Effectivement, malgré le fait de vivre dans un pays Islamique, l’Alcool est vendu officiellement qu’aux touristes mais au Maroc..on est tous des touristes. si quelqu’un veut boire.. moi perso.. ça ne me derrange pas pour autant. Il faut comprendre que malgré tous, le problème n’est pas la boisson en soit mais c’est la quantité qu’on boit. Le Maroc produit bien plus de vin que de lait par an.
    Concernant les drogues, je pense que le problème vient plus d’un point de vue production que du point de vue consommation. Le Maroc se positionne assez bien dans ce secteur. Je pense même que c’est notre seul pôle position. Des familles de père en fils ont labouré des champs de kif. Et comble de l’histoire, la terre sainte (oups..besoin de censure) de Ktama ne peut pas cultiver autre chose que le Kif.
    Que ferons nous sans ces filles?… que ferons-nous sans ces joyeuses demoiselles?…Elle s’amusent a procurer de l’amusement à des pervers(on bien à des gens en manque) contre de l’argents. Ce qui est à interpeller ici c’est plus l’aspect sociale de la chose et non l’aspect sexuel. Je ne connais aucune fille qui serait fier de faire ça. les raisons sont multiples et chacune est très forte ainsi couplé au manque de civisme et à la médiocrité de l’éducation. Cette même éducation qui nous donnent des gens corrompus, sans ambitions, sans patriotisme et sans esprit critique.

    3/ La mésentente

    Etre d’accord ou ne pas etre d’accord? La question tourne autour du pot. Etre d’accord avec qui? Dr. Ramadan? La rédaction en chef de l’économiste? Le Roi? Les 20 fiévreux?Salim? La maman qui a laissé un commentaire? Moi? La Constitution? Al Jazeera? CNN?
    Chacun de nous choisi son chemin comme il le conçoit. Comme il le perçoit. c’est une histoire de convictions et de valeurs. devons-nous avoir les mêmes pour être d’accord? non, je ne pense pas. Il faut accepter l’autre et ça commence par accepter ces idées; accepter ces différences. Ces le début d’un meilleur débat, une meilleure réflexion et, en tant que résultat, un meilleur ‘nous’.
    Arrêtons d’attaquer les personnes des qu’ils sont en opposition avec nos croyances.
    Ceci me rappelle une phrase de Bertrand Russell, philosophe logicien et mathématicien,
    "I would never die for my beliefs because I might be wrong."
    Un très bon Ramadan à tous. Et je pense qu’il y a une chose sur laquel on est tous d’accord: Vive mon pays! Vive le Maroc! Vive le Maroc de demain!

  23. Laura dit :

    Ce que son grand père n’a pas réussi à faire, à savoir "faire triompher l’obscurantisme", le fils essaye de nous le vendre autrement.
    Je suis homo, les homos ont toujours existé dans ce pays et ailleurs dans le monde, et pourtant je serai aux yeux de Mr RAMADAN un être "pas normal". Et pourtant je suis fier de ce que je suis, j’ai horreur de la pédophilie, je hais ceux qui profitent de la misère pour se payer des "beaux joli jeunes corps humain" S’agissant d’adultes consentants, la liberté pour moi a une seule et unique règle "la liberté des uns s’arrête là où commence celles des autres".

    • bakarri dit :

      @ Laura
      - primo, dans le papier de T Ramadan il n’est nulement question d’obscurantisme, et encore moins de proselitisme.
      - Secondo, il s’agit dans ce forum d’un debat d’idées et non de critique infondées et hors contexte.
      - et tertio, Est ce que vous trouvez normal que chacun crie sur les toits, comme vous le faites, qu’il est homo, hetero, fetichiste, zoophile, ou je ne sais encore quelle absurdité, mere nature vous a doté d’un organe sexuel et d’un autre pour les besoins que vous connaissez, et donc libre à vous de vous faire sodomiser, mais ne venez surtout pas nous le balancer au visage …

  24. rania dit :

    Mr ramadan n’incrimine dans son texte que le demon "occident" ..QU’EN EST-IL DES TOURISTES VENANT TOUT DROIT DES PAYS DU GOLF .. il ne les voit pas évidemment ce sont des musulmans !!!!…j’ai envie de lui dire ..en effet le maroc a ses problemes ( responsabilité de l’état et des citoyens) , nous en sommes conscients et vous n’apportez rien de plus à la situation!.. vous avez raison également quand vous enumerez les differentes richesses d’un Maroc unique et uni, c’est ce qui fait toute notre fierté que dieu nous preserve !..quant à l’expression "bateau royal", je trouve que ça ne méritait pas la censure .

  25. Larabi Frej dit :

    Avant de laisser des propos inappropries, comprenez d abord le contenu de ce fabuleux gentleman.

  26. Larabi Frej dit :

    Merci Mr Tariq Ramadan

  27. Walead dit :

    Mr Ramadan, vous nous avez habitué à plus constructif que cela, il est vrai que "l’économiste" aurai dû lire l’article avant de faire la modification ( et surtout le proposer à un magazine de poésie plutôt…); mais SVP NE SIMPLIFIEZ PAS LES PROBLÈMES…..

  28. Bravo Tarik Ramadan, toujours en avance sur ton temps. Je n’ai trouvé que désolation du Nord au Sud, mais je ressens que vous aimez les gens avant d’aimer ses symboles détestables ! Vous êtes un homme universel ! Mais le Peuple est en marche !

  29. alaoui dit :

    Bravo m.. Ramadan, vous avez mis le doigt sur un problème important dont souffre le Maroc. Votre analyse est pertinente n’en plaise a certaines personnes qui croient que parce qu’une pratique est ancienne, elle devient licite et acceptable. La pedophilie et la prostitution sont inacceptables, l alccolisme, les drogues également. Il y a un point cependant qu’il faut souligner c’est la guerre que menent certaines "factions" puissantes au demeurant contre l arabite et l islam. Une guerre sans merci dont les jeunes sont les premieres victimes car il faut les couper de leurs racines.. il n en faut pour preuve certains commentaires articles a votre stupides et degoulinants et mechancete. ces factions sont francophones, ont une double ou une triple nationalite leurs enfants sont dans les lycées francais. Ils n ont aucunlien avec cette richesse des marocains que vous decrivez et ils revent de l enterrer.

    Merci beaucoup . Vous etes une fierté pour beaucoup de gens.. de tous bords

  30. amine dit :

    bien évidement je suis radicalement contre la censure ! et tarik ramadan est quelqu’un que j’admire énormément mai je pense que cette polémique est infondée et après avoir mentionnée le mot ROYALE on ne peut parler que du roi et je pense que sa majesté n’a pas besoin d’instruction ou bien d’un prédicateur pour mieux gérer sa patrie .

    • abdellatif dit :

      "sa majesté ( TON DIEU ? ) n’a pas besoin d’instruction ou bien d’un prédicateur pour mieux gérer sa patrie ( SA FERME )"
      @amine : sache que si toi tu te considere comme un esclave et ton pays comme une ferme , sache ya el 3bide que nous marocains sommes des hommes libres , que nous sommes ROI et SOUVERAIN du maroc , et que notre pays le maroc n’est pas la propriété de ton maitre
      esclave tu es … esclave tu restera

  31. Personnellement je trouve l’attitude de l’Économiste anachronique surtout avec tous les discours nous promettant un Maroc meilleur respirant la démocratie à l’occidentale.
    Concernant l’idéologie véhiculé par Mr Tariq RAMADAN, je trouve que seule les gens ayant une compréhension très restreinte et dogmatique de ce que c’est que civilisation musulmane et les valeurs universelles qu’aucun être humain conscient ne pourrais réfuter.
    Au nom de beaucoup de Marocains libres et portant leurs pays dans leurs Cœurs je vous remercie Mr RAMADAN.

  32. Kamal dit :

    Les propos de M. Tarik Ramadan à l’égard du quotidien " L’économiste ", dans son article " Au Maroc : triste censure " sont, dans une certaine mesure, diffamatoires du fait qu’ils contiennent une contre-vérité et sont entachés de démesure, d’outrance, de grandiloquence, de caricatures, et, en somme, de théâtralité réthorique, dialectique et sophistique; domaine dans lequel il excelle.
    "A l’heure, dit-il, où les peuples arabes se soulèvent pour leur dignité et leur liberté, et que le Maroc annonce des réformes contre la corruption et pour plus de transparence, il serait bon que les journaux et les journalistes marocains fassent honneur à leur fonction. Une attitude au fond honteuse, une histoire triste."
    M. T. Ramadan a encore une fois chipoté sur le sexe des anges ! Ici, il ne s’agit nullement, à mon sens, d’une censure mais plutôt d’une césure (en l’occurrence, pure et simple correction sémantique).
    Le quotidien " L’économiste " a été des plus professionnel et tolérant dans sa démarche dans la mesure où il lui a permis de s’exprimer de la manière la plus libre mais aussi et surtout la plus critique et la plus acerbe à l’égard de la société marocaine en lui permettant même de s’établir en moraliste et en maître donneur de leçons. Et ainsi, à peine a-t-on failli l’autoriser de s’ériger en mufti !
    On a voulu toucher, en demandant sa permission, à un petit cheveux de sa tête, par souci de correction sémantique, et voilà qu’il accuse toute la presse marocaine de censeur. Il fut des plus mordant et incisif en critiquant (et c’est son droit), à travers sa chronique, la société marocaine; et voilà que personne n’a assimilé son écrit de délit d’opinion. El il nous parle de censure !
    Le modèle de l’Islam, à lire sa chronique, qu’il nous prônerait de suivre et auquel il fait, par ricochet, allusion est celui d’un Islam fermé sur lui même et sur le reste du monde. Cet Islam là ne saurait être celui de tous les marocains. M. T. Ramadan a voulu CALQUER l’idéal de son schéma islamique sur la réalité de la société marocaine et il n’a pas trouvé ce qu’il voulait !
    Ce que M. T. Ramadan ne veut pas encore comprendre ou fait semblant de ne pas comprendre c’est que l’Islam au Maroc, au Royaume des mille et une senteurs et lumières se veut modéré, tolérant et ouvert sur les autres cultures. Cet Islam, l’écrasante majorité des marocains le vivent en tant que pure spiritualité et non pas en tant que projet sociétal ou politique. Ainsi, un marocain musulman a toujours été libre dans l’exercice de son culte pour la simple raison qu’il peut être pratiquant ou non pratiquant. De ce fait, la tolérance, que nous avons vis-à-vis de la coexistence pacifique d’un bar, d’un bordel, d’un casino, d’un terrain de football et d’un lieu de culte; peut alors se comprendre. Et tout un chacun trouve son repos et bien être là où il veut et dans le strict respect de l’autre. Et cela ne date pas d’hier. Nous tolérons cette cohabitation et elle fait partie de notre paysage, de notre réalité, de notre quotidien. Et c’est une manière millénaire, pour presque tous les marocains, de réconcilier, à juste titre, tradition, ouverture, liberté et dignité.

    • bakarri dit :

      @ Kamal
      vous ecrivez
      "Nous tolérons cette cohabitation et elle fait partie de notre paysage, de notre réalité, de notre quotidien. Et c’est une manière millénaire, pour presque tous les marocains, de réconcilier, à juste titre, tradition, ouverture, liberté et dignité."

      ce qu’a ecrit T Ramadan

      "Au-delà de vos contradictions, n’est-il donc point possible de réconcilier tradition et ouverture, liberté et dignité ? Ce ne devrait point être le tourisme qui colonise de ses excès le Maroc mais ce dernier qui offre à ses touristes le sens de l’être, du don et du respect."

      Je crois que vous etes passé à coté de la subtilité du texte de Ramadan, vous n’etes pas arrivé à deceler la contradiction qui existe entre ouverture dans le sens de l’abus dont certains touristes font usage (les propos de Luc Ferry entre autres) et la dignité qui ne supporte nulement d’etre entachée par des pratqiues telles la pedophilie la prostitution ou la proliferation des marchés de drogue dures, ces pratiques sont intolerables et je dirais meme que l’état se doit de les combattre d’une façon plus radicale afin de garantir à nos enfants la dignité et le respect dont vous parlez.
      Nous ne tolerons pas que notre cher Maroc se transforme en une nouvelle destination de "paradis" de la pédophilie ou de la debauche, notre pas pays possede d’autres atouts, le soleil 365 jours par an, 3000 km de plage med.et atlantque, les sports de glisses, les villes imperiales, merzouga, ouarzazate, essaouira, notre grand sahara, etc
      Les touriste qui choisissent notre destination à la recherche de la debauche, ne seront jamais les bienvenus, pour tous les euros et les dollars du mondes.

      mohamed

      • Kamal dit :

        @ BAKARRI,
        Bonjour,
        M T.R ne mâche pas ses mots lorsqu’il dit : " Ce ne devrait point être le tourisme qui colonise de ses excès le Maroc mais ce dernier qui offre à ses touristes le sens de l’être, du don et du respect." A ne lire que ce passage entre les lignes et le mots, il apparaît clairement qu’il exhorte tout le Maroc et donc tous les marocains à ne pas offrir aux touristes que du sexe, de l’alcool, de la drogue…Mais les marocains ne sont pas tous des vendeurs de sexe, des alcooliques et des drogués. Quoique que certains aspects de ces descriptions sont à réglementer, d’autres, à éradiquer. Vision simpliste donc et réductrice de la réalité. Une vulgaire caricature. Et tous les touristes ne sont pas tous des pervertis. Les touristes viennent au Maroc, tout simplement, pour sa beauté; celle de son soleil, ses plages, ses mers, ses montagnes et son désert. Ils y viennent, aussi et surtout, pour sa millénaire culture, pour son capital-hospitalité et pour la sympathie de sa population, pour les marocains eux même.

  33. jalil dit :

    Mr ramdam

    Non seulement l’Economiste a bien fait de vous censure, ce qui reste a verifier car pour l’heure on a entendu un seul son de cloche, le votre, mais de plus ils auraient du vous coller un proces pour avoir tente de les gruger. Bas les masques mr ramdam, on voit bien a quel vous jouez. C’est même votre fond de commerce

  34. Mehdi EL HIMANI dit :

    J’ai lu le texte de M. T. Ramadan, et je crois comprendre pourquoi son texte a été sujet de discussion, voire même de censure. Fine est la plume de notre auteur, qui n’écrit rien au hasard.. Les responsables du journal ont du s’en apercevoir. Les deux mots ne se valent pas !
    Je suis surpris de voir des gens l’accuser de "jouer avec la morale et la politique". Il a souvent été accusé, en France surtout, "d’avoir un double discours". Cependant, peu de personnes ont vraiment assez d’intelligence pour pouvoir bien comprendre le fond de ses pensées. Les gens ont en effet la mauvaise habitude de vouloir se montrer plus philosophes qu’ils ne sont, histoire d’atteindre le vrai fond de la question. Malheureusement, en ayant atteint le fond, ils continuent à creuser pour se distinguer des autres, chacun d’eux tâchant de montrer un esprit plus aiguisé que son semblable. Telle est l’immensité de la connerie humaine.
    Bravo pour sa vision des choses, et bravo pour sa critique envers nos journalistes. Inutile de préciser que l’on ne généralise pas, mais la plupart des gens ont en marre de croire sur parole ce qu’on leur offre ! Quant à l’identité marocaine.. Où est-elle passée? Qu’est-elle devenue? La question est inévitable. Dire de l’alcool, de la prostitution où des jeux que ce sont des pratiques vieilles comme le monde ne les excuse en rien! Si c’est là la société dont vous rêvez, où la liberté gagne plus de terrain qu’il ne lui est permis, et où la drogue et le cul doivent être fraîchement étalés chaque matin, retirez le mot "humain" de vos esprits, car "humain" n’est pas que biologique.
    Je ne peux que le soutenir sur cet article. Il est facile de juger l’auteur quand on cherche à nier et ignorer les vérités qu’il avance, ou lorsqu’on se retrouve dans les obscénités qu’il dénonce. Intérieurement, on se défend comme des bêtes, en l’attaquant d’insultes et de jugements totalement déplacés. Je ne peux aussi que l’applaudir à propos de son parcours exceptionnel.
    Finalement, ce n’est qu’un avis. Libre à vous de donner le votre, tout en respect et en finesse.

  35. yahya dit :

    Tarik ramadan sur l’Economiste? Je reve ou quoi?
    Je pensais jusque la que ce journal serieux avait de meilleurs frequentation..

  36. Salvadorali dit :

    @ eplume

    une plume dans une plaie, ça s’appelle un bistouri, ou alors ça fait plus de mal que de bien ;-)

    il y a heureusement d’autres façons de glorifier le rôle bénéfique du journalisme.et du blogging, que de recourir à des images d’un lyrisme aussi malsain, pour ne pas dire morbide. Parlons plutôt de journalisme de combat,

    http://webcamus.free.fr/biographie/journaliste.html

    d’autre part, je trouve dommage que tu ne t’astreignes pas à modérer les débats sur ce blog, en permettant à des soi-disant militants de la démocratie de déverser leurs thèses violemment subversives,

  37. Ayad LEMHOUER Maroc dit :

    Qui aimes bien, châties bien !? —– Tariq, pourquoi tiens-tu tellement à contribuer à la destruction de ce Maroc que, soi-disant, tu aimes tant ? Est-ce pour tenir une promesse que tu as faite à ton grand’père El Benna dont les enseignements ont miné ce pays lors de la politique d’arabisation des années 1970 et 1980 ? ou est-ce juste pour continuer à alimenter ton bank account à travers des acticles à sensation et dans l’air du temps ? — Give Morocco a break for God’s sake ! Regardes plutôt du côté de ton pays d’origine, là-bas vers les Pyramides et rends-toi utile pour drainer de l’aide aux chiffonniers du Caire ou juste pour rebooster le tourisme égyptien. Charité bien ordonnée commence par soi-même ! dans le cas où tu te poses en donneur de leçons. Royal ou Luxueux, that is NOT the question. Lamgharba kay3arfou Bladhoum w Lmaghrib kaya3raf Wladou. One last word, my dear Tariq : Morocco has always accepted, even individuals who were intended to be the seeds of its destruction. Think again ! Morocco stands Royal and will remain royal forever, if you see what I mean.

  38. Corto Maltese dit :

    Moi aussi comme Professeur Ramdan, J’aime passe Ramadan au Maroc. L’atmosphere et la qualite de la cuisine en font une experience unique.

    Mon commentaire au Professeur Ramdan est comme suit:

    Remplacer royal pour luxueux aurait etait le sacrifice fait pour atteindre une grande majorite de jeunes marocaines et marocains eduques qui sont au volant de ce changement economique et financier dont vous parler.

    Refuser le changement et vous vous mettez de l’aute cote de la table pour entamer un debat sur la censure moins urgent que les sujets que vous avez traiter dans votre texte.

    Merci Professeur d’etre au devant des gens qui savent que Islam et Modernite ne sont pas pas mutuellement exclusives.

    T.

  39. marokino dit :

    Ridicule polémique lancée par Tarik Ramadan, qui parle de censure : son texte relèverait-il du sacré pour que le rédacteur en chef de son journal ne puisse pas le changer!

    Grosse tempête dans un verre d’eau : comme toujours le fqih Tarik ressurgit derrière le professeur Ramadan et brouille les pistes!

    PS ; sans cette dérisoire affaire, beaucoup de marocains n’auraient jamais su que Tarik Ramadan collaborait à des publications nationales! Beau coup de com pour Tarik, comme toujours grand communicateur devant l’éternel!

  40. albatros dit :

    Lorsque Mr Ramadan parle de censure , celà prête à sourire. Lui qui continue d’enseigner à ses fidèles que Hassan al-Banna, son grand père, est le "plus grand réformateur" de l’islam et non le fondateur de l’islam politique totalitaire. Lui aussi, qui interpellé publiquement sur la pratique de la lapidation, se montre incapable de donner la seule réponse humainement défendable.
    Lui enfin, dont les multiples sorties n’ont malheureusement jamais contribué à améliorer le vivre ensemble. Tarik Ramadan est un radoteur excessivement dangereux, même s’il adopte un discours qui se veut réformiste, dans l’air du temps, en particulier chez la jeune bourgeoisie islamisée qui voit en lui l’archétype des télévangélistes musulmans ou le vengeur de leur fierté bafouée.
    je comprends pourquoi ce journal, que je connaissait lorsque je séjournais au Maroc vers les années 90, réputé pour ses positions courageuses, en particulier lors de la sinistre campagne d’assainissement en 1996, et que je continue d’admirer sur Internet, n’ait pas eu envie de lui servir de tribune. Sage décision.
    Si Mr Ramadan s’arcboute exclusivement sur son "bateau royal" c’est qu’il y a de la mauvaise foi derrière pour provoquer de nouvelles polémiques. La censure, si censure il y a, n’a pas concerné le reste du texte. Pourquoi alors ramadan a sacrifié l’ensemble du texte pour un mot? L’Economiste n’est pas tombé dans le piège.

  41. nationaliste marocain dit :

    Mr Ramadan, le Maroc c’est pas l’Orient, c’est même pas l’Occident. Le Maroc c’est le Maroc point. Après qu’on soit dans un "blad skizo", ça tout le monde le sait et depuis un bon moment déjà.

  42. MUSTAPHA ADBELOUAHED dit :

    Great discussions, please keep the nice discussions without attacking any one’s views and any person. Here, I am among les “retardataires” to share few modest thoughts.

    Tariq Ramadan is not the first foreigner who admired Morocco and wrote about its fascinating facettes and beauties while sensing and expressing thoughts about contradictory and paradoxical realities in Morocco.

    Instead of focusing on Tariq Ramadan’s own personality and family background, one should be objective and share constructive thoughts and feedback via fair, open and respectful discussions and/or arguing on his (or anyone else) thoughts and claims.

    As a free great thinker and sweet speaker, recognized by large audiences and readers in the West and East, Tariq Ramadan has all the right to defend him self as an author who saw his writing censured, be it for one word, sentence, a paragraph or whole article. That’s a standard reaction that should be well expected, applauded and respected in “any civilized world”.

    Regarding all social phenomena, as described by Tariq Ramadan in his article, that are invading Morocco in past years are very alarming and should be heavily discussed on national-international levels, especially when those devastating realities are negatively impacting Morocco short-tern and long-terms basic social habits, great culture, and ethical values. No harm to openly discuss those issues on daily basis especially on public available news medias, aiming to find new and effective remedies and perspectives.

    At personal level, I first discover Tariq Ramadan during 1996 when I heard him talking to a large audience in Paris suburb for 2 hours (he was 36-38 years old at that time) talking about Muslim identity in Europe and defending his claims on Muslims to act and enjoy living in Europe as European Muslims and not as Muslims who live with their bodies in Europe and heart left in their native countries. His debate also went attacking Europe political systems that were and still are discriminating Muslims who live in Europe.

    At that time, I would confess that I was impressed by Tariq’s eloquent speech, “young age” and clarity in the way he expressed his thoughts.

    May thanks to the person who shared the talk by Tariq for his book show: “The Quest for Meaning: http://wp.me/p1ldep-t0). I listened to that show/talk and here are few comments on what I saw on 1996-Tariq Ramadan and 2010-Tariq Ramadan as recognized at that show:
    - Tarqi is quite easily and well expressing his thoughts in English, close to his well know mastery for his French preaching talks. I heard him talking during 2000-2005 in the US (where I live for past 14 yers), his English speaking was not good at all. He made a great improvement for his English speaking, worldwide this is allowing him to reach large audience and be quite well recognized also in Anglo-Saxon world, quite different from the French speaking world where Tariq started his preaching and shows that were most focused on Islamic related issues for Hijab. Mulsim identity in Europe/etc.
    - As he expressed it clearly in his book-advertising show, he wants to get out from “his window” from where he was watching the sea and wants to get into the sea and watch his window and of course sense and “Be” in the sea. That allows him to recognize other windows that were stirring at the same sea. That’s a great shift and paradigm to do for any one willing to enlarge his perspectives and perceptions on the world and ideas.
    - During that show, Taiq did not mention almost any ting about Koran or “Hadith” or his family background (brotherhood movements, etc), he was proud to repeatedely remind his audience about his education background and having a PhD in Philosophy, his claims were always defended by great worldwide thinkers, eg., German philosopher Nietzsche and other great philosophers. He also shared his meeting and what he learned from Dalai Lama. It occurs to me that the 2010-Tariq is far more wiser and convincing to me than the 1996-Tariq who was only talking about a very narrowed topic and subject (Hijab, Muslim identity). One could recognize that all arguments that Tariq shared in his “The Quest for Meaning” show could be wisely used for his talks and topics related to Muslims issues, if well done, probably, this would allow him to attract and convince wise minds and audiences.
    - Tariq is maturing his preaching techniques and enlarging his perceptions on world realities.

    As the dictum says: “Chage or Die”, that’s applicable for him and for all of us. I would expect Tariq Ramadan more progressing, evolving and convincing in Anglo-Saxon world than him trapped in his first years’ preaching experience with focus on French speaking audiences. Now he has a chair at Oxford (paid by Quatar) and is well respected now any where he goes when he talks on universal values and interfaith talks and discussions.

    Without new perspectives and actions, anything would stagnate and most probably decline. Tariq is acting and coming with new perspectives for his own way of expressing his thoughts and enlarging his horizon of thought.

    We, as Moroccans or friends of Moroccans, should always strive to act and look for new perspectives that would ascend our perceptions to “du ciel du Miséricordieux en Sa Royauté supreme” as Tariq Ramadan ended his short article.

    I apologize for this long message!

    Best, -MA

  43. MUSTAPHA ADBELOUAHED dit :

    Sorry about few typo mistakes, eg:

    One should read: … As the dictum says: “Change or Die” …

    Best, -MA

  44. ELHAKYM ALAA dit :

    Mr tariq a marqué un point il a fait illusion a ce que tout musulman aurai fait a ca place.ont aura aucunement intéret de le prendre par ca barbe parcqu’il a raison dans quelque chose mais généralisé la maladie sur tout le corps ca c’est plutot de L’hyronnie l’orsqu’il a souligné l’alcool ca c’est vrai qu’il est dans quelque chose;la drogue aussi mais pour la prostitusion je peut le contaradire parsque c’est pas ni question de pauvreté ni question de manque psychologique c’est a chacun de juger le point par le chemin qui bon lui semblera.
    pour moi un marocain et en dessus de tout ce que ta invoqué monsieur tariq;nous ont est un people fier et on le restera fier de notre religion de nos concept moreaux.seul les vide d’esprit qui n’ont ni religion ni foi ni famille peuvent se permettrent ces actes;

  45. Pingback: Un si beau Maroc , par Tariq Ramadan

  46. Pingback: Août 2011 | Le blog de Voltairopolis

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s