Les Marocains ne demandent à personne de dégager. Ils sont trop polis pour ça. Ce sont eux qui déguerpissent tous les jours.


Prénom : Zakaria , Nom : Boualem, né en 1976 à guercif
Signe particulier : Marocain à tendance paranoïaque.

Un Zakaria Boualem nouveau vous appelle. L’été dernier, il décidait soudainement de se retirer de la vie publique pour une durée indéterminée. Cette retraite prend fin aujourd’hui tout aussi soudainement, par une sorte de constance dans l’incohérence. C’est que notre homme, depuis presque trois mois, vit en état de choc. Il a pris dans la figure l’équivalent d’un 11 septembre chaque jour depuis le début de la révolution tunisienne. Dans ce genre de cas, l’expression est une sorte de thérapie, et donc il revient, et merci !

Il y a eu tout d’abord la surprise tunisienne qui est venue démontrer que, comme le chantait Patti Smith en faisant ricaner les cyniques, “People have the power”. Ensuite, il y a eu le film épique égyptien. Le premier film égyptien que le Boualem a suivi de sa vie de bout en bout. Sans vouloir vexer personne, ils ont ridiculisé tout le monde – l’expérience des superproductions sans doute. L’arrivée brutale des chameaux sur la place Tahrir restera longtemps dans la mémoire de Zakaria Boualem. Des chameaux et des sabres recourbés (il s’en fabrique donc encore), exactement comme dans les batailles de Yathrib et Qoraych… Le retour, ou plutôt la tentative de retour, d’un passé lointain pour affronter des téléphones portables. Mauvais choix, mauvais casting, match perdu, et merci !

La Libye, de son côté, a opté pour un mélange entre un film d’horreur et un opéra tragi-comique construit autour d’un rôle principal exceptionnel, tenu par le héros capillaire Kadhafi. Une sorte de version live quotidienne du Dictateur de Chaplin. Ce n’est pas fini.
Chez nous, certains se sont élevés pour réclamer une Constitution plus équilibrée, plus de justice sociale, plus de respect de la dignité du citoyen. Quelle drôle d’idée… Ils sont allés jusqu’à organiser une marche pour exposer ces revendications. Quelle étrange initiative… Tout le monde sait pourtant que ce n’est pas le moment, qu’il faut attendre que le problème du Sahara soit réglé, que la stabilité revienne dans la région, que la chaleur passe, que l’Aïd passe lui aussi et que la Coupe du Monde 2080 soit attribuée au Maroc. Quand tout cela sera réglé, que tout le monde sera calme et que tout risque de chaos sera écarté, alors les petits enfants de Zakaria Boualem pourront réclamer quelques droits que le système leur accordera bien volontiers sans la moindre pression, juste par bonté. En attendant, les Marocains ont choisi une autre option. Ils ne demandent à personne de dégager. Ils sont trop polis pour ça. Ce sont eux qui déguerpissent tous les jours. Nous n’avons pas vraiment besoin de manifestations devant la wilaya lorsqu’il y en a une par jour devant chaque consulat étranger. Il y en a une par jour devant les postes-frontières de Sebta et Melilia, il y en a une par jour sur les plages d’Asilah ou de Laâyoune pour s’embarquer sur une patera incertaine. De nombreux Marocains aiment leur pays, mais ils préfèrent aller ailleurs à n’importe quel prix, c’est juste un fait. Il y a aussi une manifestation chaque week-end à la sortie de nombreux matchs de la Botola, des centaines de casseurs qui explosent tout comme ça, juste parce qu’ils n’ont rien à perdre. En haut de la pyramide sociale, on ne monte pas dans une patera, on préfère chercher à obtenir un passeport canadien ou faire accoucher son épouse à l’étranger. C’est le grand projet social de nos élites : devenir tous canadiens ! Ils font des mains et des pieds pour accélérer les procédures de naturalisation tout en demandant aux autres… d’être patients.
Zut, la page est terminée. Ce n’est pas elle qui a rétréci, c’est l’actualité qui a explosé. A la semaine prochaine, et merci !

07.03.2011  |    Zakaria Boualem  |  Tel Quel


Cet article, publié dans Maroc, est tagué , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Les Marocains ne demandent à personne de dégager. Ils sont trop polis pour ça. Ce sont eux qui déguerpissent tous les jours.

  1. mouka dit :

    J’aime bien ton point de vue.
    Je suis de ceux qui ont resussi a degurpir, mais je me sens solidaire de ceux qui sont restes derriere. Doit je me juger chanceux? Je ne pense pas. Chaque jour que dieu fait, je regrette de ne pas etre au Maroc pour me battre contre cette « hogra », contre cette (in)justice, contre ces pouvoirs sans limites entre les mains du roi.
    En attendant, j’applaudis le peuple Lybien pour son courage et sa noblesse. Ces jeunes civils sans entrainement militaire qui portent des armes et roulent sur Tripoli. A quand des scenes pareilles au Maroc?

  2. sidi hmed dit :

    Parle en ton nom propre! Pourquoi parles-tu au nom de la masse anonyme des marocains? Je ne t’ai donné à aucun moment pouvoir de parler en mon nom! Je pense que comme les autres, tu manigances pour avoir un peu de pouvoir! C’est de bonne guerre! Mais parle de ton vécu et arrête de généraliser et de te mettre dans la posture du guide suprême, de celui qui sait tout, de celui qui se croit plus malin que les autres…Il n’y a plus que de faux prophètes par les temps qui courent…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s