« Le soulèvement des soumis » By Abou Lahab

Le 9 mars, j’ai écouté le discours du Roi. Il a commis quelques blasphèmes, que, sauf votre respect, je me permets de rapporter ici : “Séparation des pouvoirs, responsabilité (accountability), libertés individuelles et collectives, indépendance du pouvoir (jusqu’ici autorité) judiciaire, constitutionnalisation de l’Amazigh etc … “ Du coup, je m’attendais un peu à ce que des millions de marocains, indignés, sortent dans la rue pour protester contre cet abject discours aux relents horriblement démocratiques, fondamentalement opposé à la servitude volontaire dont bon nombre de nos compatriotes font constamment preuve.

Souvenez-vous, il y a tout juste quelques semaines, quand une horde de jeunes du Polisario se sont donnés rendez-vous le 20 février pour déstabiliser le pays, une partie des marocains, avec le sage concours du ci-devant Moncef Belkhayat nous ont expliqué que non, manifester n’est un droit que lorsque le parti populaire espagnol – ou El Pais – est visé. Ils nous ont aussi expliqué que le Maroc va bien Hamdoullah, et que de toute façon, tous les marocains sont pourris à l’exception de Sa Majesté que Dieu l’Assiste. Ils ont conclu, enfin, qu’aucun marocain ne devrait avoir une quelconque responsabilité étatique, et que, par conséquent, seul le monarque devrait gouverner. Logique.

Mais alors, comment expliquer que cette catégorie de marocains ne se soit pas révoltée à l’écoute de ce discours où le Roi a appuyé bon nombre des exigences du mouvement du 20 février ? Comment se fait-il qu’ils aient acceptés qu’ils soient forcés de retrouver un peu de dignité ? Au début, l’explication me paraissait évidente : ils n’ont tout simplement pas écouté le discours de Sa Majesté, fussent-ils éperdument amoureux de sa personne. Car, il faut le reconnaître, le Roi ne brille pas particulièrement par ses talents d’orateur, et si l’amour rend aveugle, ses effets sur l’audition n’ont pas été scientifiquement prouvés.

Trois jours plus tard, les marocains ont tous pris acte des Hautes Instructions, et pourtant, la révolte des makhzenistes n’a pas lieu. Je me suis donc aventuré à une deuxième explication : les marocains approuvent systématiquement les décisions royales. L’observateur étranger muni de son intelligence moyenne trouverait cette phrase absurde, puisqu’il ignore l’existence de la fameuse exception marocaine. Cette exception qui fait que le chef de l’État est obligé de se recouvrir de ridicule en concédant des droits qu’une majorité de ses sujets n’a même pas demandé.

Mais si le citoyen lambda se contente d’acquiescer, voire, au pire, de rejoindre un groupe facebook qui rassemble tous les amoureux du roi, les politiciens, eux, portent le ridicule à son sommet ultime. Car suite à n’importe quel discours/action/geste royal, ils se précipitent sur le micro de la MAP pour affirmer que les sages actions royales tombent à pic, qu’elles sont exactement ce que leurs partis respectifs étaient sur le point de demander pour le salut de la Nation. L’exercice est devenu une sorte de compétition, dont le gagnant est celui qui saurait faire preuve d’innovation lexicale dans son éloge de la sagesse royale.

Du coup, des partis les plus représentés au parlement, quasiment aucun n’a formulé la moindre critique. Les livres d’Histoire retiendront donc que l’USFP comme le RNI, l’UC comme le PJD, ont tous acclamé. Aucun n’a eu l’élégance, ne serait-ce que symbolique, de demander une Assemblée Constituante, de contester la présence de personnalités comme Super-Yazami ou même, d’émettre des doutes sur la capacité de la CRC à rendre sa copie en juin. Walou.

Je conçois que le monarque soit tenu par le protocole royal, mais personnellement, si j’étais roi, je proclamerais solennellement que la terre est plate, rien que pour voir la tête du camarade Lachgar appuyer cette vérité scientifique qui met à nu les complots algériens et polisariens contre l’intégrité territoriale du pays. Peut-être même que je pousserai l’absurde jusqu’à décréter le port obligatoire des bretelles pour les hommes, et entendre 3mou Benkirane citer je ne sais quel texte religieux qui approuve ce choix vestimentaire conforme à nos traditions arabo-musulmanes et à la commanderie des croyants.

Il est donc évident qu’il nous faut en finir une fois pour toutes avec les partis. Je n’irai pas jusqu’à préconiser leur dissolution pure et simple, mais je crois avoir trouvé la solution qui nous débarrasserait définitivement de ces boulets politiques : étant donné que la plupart des dirigeants de la classe politique ont la décence et la dignité effacées, et que l’argent est tout ce qui les intéresse, je propose donc de leur en donner, à condition qu’ils soient privés du droit à la parole. Qu’ils ferment leurs gueules à jamais, qu’ils soient castrés de la langue, que cessent leurs discours et leurs allusions à une prétendue légitimité historique, contre un salaire confortable que le contribuable supportera comme le stipule l’article 18 de la constitution :

Art 18. Tous supportent solidairement les charges résultant des calamités nationales


1503.2011 | Abou Lahab |    lakome.com

Cet article, publié dans Maroc, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s