Zakaria Boualem, Marocain à tendance paranoïaque.

Prénom : Zakaria , Nom : Boualem, né en 1976 à guercif
Signe particulier : Marocain à tendance paranoïaque.


Zakaria Boualem considère qu’il y a dans notre pays suffisamment de gens responsables,
patients et raisonnables pour ne pas avoir à rejoindre leurs rangs.


Zakaria Boualem, en ce lundi matin d’informaticien bancaire, fait face à un mur d’incompréhension. Un open space immense, plein d’autres informaticiens bancaires qui lui posent tous la même question : “Mais pourquoi donc a-t-il marché le 20 mars ?” Il a passé des heures à discuter, à argumenter et à se justifier. Il refuse que toute cette salive ait été gaspillée pour rien, il vous fait donc un résumé. Ceux qui ont marché eux aussi peuvent zapper, cette chronique n’a aucun intérêt pour eux. Ils devront en revanche comprendre qu’étant minoritaires, je dois m’adresser au reste de la population pour des raisons de marketing. La révolution ne nourrit pas son homme.
Pourquoi Zakaria Boualem a marché : Il s’est trouvé un groupe de jeunes qui, poussés par l’envie de changement, ont posé sur la place publique un certain nombre de revendications qui, malgré l’évidence de leur pertinence, avaient fini par faire partie du paysage non pas comme revendications, mais comme des éléments du décor national. Nous en étions arrivés à un point où un discours condamnant la corruption avait autant de poids qu’un engagement contre la pédophilie. Le roi annonce alors une réforme de la Constitution et explique que cet été, nous allons nous prononcer sur ces nouvelles règles du jeu qui garantiront un “élargissement du champ des libertés individuelles”. Zakaria Boualem, donc, dispose d’une fenêtre de tir de quelques mois pour exprimer ses revendications et participer au débat, et si possible pousser la commission à nous pondre la constitution la plus démocratique du monde. (Zakaria Boualem est dasser, il profite du fait qu’on lui donne un peu pour demander plus). Il marche donc le 20 mars. C’est simple. Mais ce n’est pas tout. Les problèmes de Zakaria Boualem ne sont pas uniquement constitutionnels. Il souhaite de tout cœur voir disparaître un état d’esprit, une tradition d’humiliation et d’impunité, une arrogance étatique insupportable et aujourd’hui anachronique. Il marche donc pour faire comprendre aux forces des ténèbres qu’il est temps de se réveiller, ou, mieux, de dégager. Comme ils ne comprennent pas vite, le Guercifi va le leur ré-expliquer poliment jusqu’à ce qu’ils en soient convaincus. Enfin, Zakaria Boualem considère qu’il y a dans notre pays suffisamment de gens responsables, patients et raisonnables pour ne pas avoir à rejoindre leurs rangs. Un peu d’utopie et d’impatience noyées dans la masse absorbante de prudente circonspection, ça ne peut pas faire de mal. Enfin et surtout, il se trouve que Zakaria Boualem n’a croisé dans ses nombreux débats aucun argument susceptible de le faire rester chez lui (même le Raja ne joue plus le dimanche).
Maintenant, cette affaire de marche, de discours et de contre-marche comporte des risques graves, dont le premier est une perte de repères totale pouvant conduire à la folie. Lorsque Zakaria Boualem apprend que les journalistes de la MAP font un sit-in devant leurs locaux en scandant : “Nous voulons une agence d’information et non pas une agence de propagande”, il y a de quoi se demander “qui est qui”, ou encore “wach hna houma hna” ? Mieux, lorsque la même MAP pond une dépêche faisant état de ces protestations contre elle-même, on est en droit de se demander s’il ne faut pas inventer un mot plus fort que la schizophrénie. L’étape suivante, ce sont des agents de la DST militant sincèrement à l’AMDH… Et lorsque notre glorieux ministre des Affaires étrangères explique à Washington dans un anglais chatoyant qu’“il n’y a pas d’exception arabe aux principes de la démocratie”, juste avant d’asséner que “le développement économique doit aller de pair avec le progrès politique”, il flingue dans le même discours deux théories officielles. Celle de l’exception marocaine (on n’est pas la Suède) et celle des autoroutes (on n’a pas besoin de démocratie, il nous faut des autoroutes). Zakaria Boualem regrette que cette intervention historique n’ait pas eu lieu chez nous, puisqu’il se trouve ici des supporters ultras du Makhzen, qui continuent de défendre ces théories derrière leurs claviers alors que le Makhzen lui-même les a lâchées. Encore une fois, Zakaria Boualem vous souhaite une bonne semaine, une victoire contre l’Algérie et vous rappelle que, chez les Arabes, c’est une carrossa qui a déclenché le tsunami.

 

26.03.2011  |    Zakaria Boualem  |  Tel Quel

 

Cet article, publié dans Maroc, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Zakaria Boualem, Marocain à tendance paranoïaque.

  1. un jour zakaria le parano prendra le pouvoir et tirera sur tout ce qui bouge,
    en fait, depuis la marche verte, tout le monde ne rêve que de plonger le Maroc dans le rouge:
    des garnements qui passent leurs journées et leurs nuits à s’imbiber de rouge,
    des tartufes religieux rancuniers, opportunistes qui ne rêvent que de sang rouge,
    des marxistes qui gesticulent en ressortant et en lisant leur livre rouge,
    des laissés-pour-compte qui vocifèrent tel des démons marqués au fer rouge,
    zakaria peut alors mettre ses plus beaux fringues surplombés d’un terbouch de couleur rouge,
    on lui présentera du lait rouge, des dattes rouges, et on lui déroulera le tapis rouge
    quant à nous, pauvres communs des mortels, on nous exclura tels de vilains peaux rouges,
    ceux ou celles qui veulent s’échapper doivent courir aussi vite qu’un guerrouj
    les autres, dans le meilleur des cas, on les égogera tels de vulgaires ferrouj,
    au règne des zakaria , il n’est plus besoin de passer au feu vert, ni de s’arrêter au feu rouge,
    liberté totale, anarchie normale, chaos fatal, hymne chanté par tous ceux et celles qui ont vu rouge

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s