Royal Business au Maroc

Rapprocher les « décideurs » français et marocains, c’était la riche ambition du pince-fesses organisé, du 10 au 12 Mars, à Marrakech par l’association Young Mediterranean Leaders (YML). Laquelle se  propose de renforcer les liens culturels et économiques entre Maghrébins et Européens du Sud.
Cette année, l’association avait invité des personnalités comme Bertrand Delanoe ou les ministres marocains de l’Economie et de l’Education. Hélas, le « forum » a été annulé in extremis « en raison du climat de forte instabilité » dans la région, ont expliqué les dirigeants de YML.

Ce n’est pas la seule raison de cette volte-face. L’association comptait parmi ses fondateurs quelques admirateurs de Ben Ali, dont l’ex-plume de Jean Pierre Raffarin, Hakim El Karoui, et, parmi ses sympathisants, Marouane Mabrouk, gendre de l’ex-président tunisien. Des affinités  qui risquaient de faire mauvais genre au moment où les Marocains manifestent chaque semaine et par dizaines de milliers dans les grandes villes. Au nombre des revendications : la fin de la  corruption et, comme en Tunisie, de la confiscation des richesses par un petit clan.

 

Majesté partenaire :

Or les médias, comme les Marocains eux memes, hésitent de moins en moins à le dire : ce petit clan a un chef unique, le roi Mohammmed VI. Par l’intermédiaire de plusieurs holdings, dont la principale se nomme Siger, le palais possède une participation dans un grand nombre d’entreprises du pays : grande distribution, banques, mines, matèriaux de construction, télécoms, agrolimentaire, énergie, automobile, immobilier. Voilà qui aurait pu alimenter les débats du forum de Marrakech. Car plusieurs
de ces sociétés sont les filiales locales de groupes français : Renault, Peugeot, Citroen, Danone, Lesieur, Ciments Lafarge. Autrement dit, ces boites paient leur implantation au Maroc en acceptant Sa majesté comme partenaire et associé. Ainsi, Lafarge partage fifty-fifty avec une holding royale. Et Renault ne  possède que 80% de sa filiale marocaine.

Les manifs actuelles pourraient obliger le roi à se montrer moins gourmand. Les multinationales sont pour la révolution…

06.04.2011 |  Jean-François Julliard |  Le Canard Enchainé N4719

Cet article, publié dans Maroc, est tagué , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Royal Business au Maroc

  1. dima dit :

    Pas mal tes articles sahbi eplume🙂

    Ta main heureuse a de ces sacrées pioches !!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s