Jeunesse: Consommation, technologies et frustrations

20.04.2011 | Proposé et arrangé par Dima  |  eplume.wordpress.com


La jeunesse n’ignore rien de la société de la consommation. Elle la connait par les télévisions européennes, par les parents émigrés, par Internet et par le cinéma. Elle la connait aussi d’expérience, du moins pour les jeunes des grandes villes, à travers la publicité et l’exhibition de richesses par une minorité aisée. Mais l’immense majorité n’a pas accès à la consommation de masse. Cette situation fait le bonheur des marchands de contrefaçons fabriquées sur place ou importées. Seule une infime minorité peut acheter tee-shirts, casquettes, baskets, sacs à main, parfums, lunettes et bijoux de marques courantes à leur vrai prix dans les boutiques franchisées, les centres commerciaux ou les galeries commerciales des beaux quartiers.

Ne pouvant ni voyager ni s’offrir une voiture (inabordable pour la plupart), et vivant dans des conditions souvent très difficiles, les jeunes des villes considèrent les nouvelles technologies comme le seul moyen de rentrer en contact direct avec l’étranger (tourisme mis à part). Le téléphone portable a conquis en l’espace de trois ou quatre ans (entre 1999 et 2002) près de la moitié de la population via tout un éventail de forfaits bloqués. En dix ans, les nouvelles technologies  sont devenues un foyer de croissance de l’économie informelle.

Nombreux sont ceux, en Algérie et au Maroc, qui cassent les verrous informatiques mis en place pour protéger les chaines payantes. Au bout de quelques années, Canal Satellite a du quitter le Maroc faute de rentabilité: très regardée, la chaine n’avait que peu d’abonnés. Fin 2008, de nouveaux codes « incassables » ont été introduits, mais combien de temps résisteront-ils ? En pleine campagne présidentielle française (2007), l’expérience avait déjà été tentée, au grand dam des Maghrébins, mais la combinaison avait finalement été trouvée.

Les joutyas, marchés nichés au coeur des médinas et des grandes villes, ont reconverti une grande partie de leurs activités vers ces secteurs. Au Maroc, il n’y a pas de magasins de CD ou de DVD et les cinémas  traversent une très grave crise. En effet, tout se trouve à la joutya.  Pour l’équivalent de quelques euros, on peut acheter films ou albums musicaux de toute provenance (copiés ou piratés), des paraboles connectées aux télévisions européennes et orientales, des jeux libres de droit, des portables et les plus récents équipements technologiques ou encore se rendre à l’inévitable cybercafé. Car, si les Marocains ont peu accès à l’Internet chez eux, faute d’ordinateur personnel, les cybercafés sont une institution où les jeunes gens passent souvent des heures, chaque semaine.

Les étrangers ne sont pas les derniers à se ruer sur les opportunités des joutyas, dont  la plus célèbre est Derb Ghallef (« la ruelle couverte »), le plus grand bazar du pays et l’un des poumons économiques de Casablanca. Ce bazar informel emploie et fait vivre des milliers  de personnes, et permet à une grande partie de la population  d’accéder à des biens et services qui resteraient sinon totalement hors de sa portée. Par ailleurs, la joutya n’a pas abandonné ses ventes anciens, de livres, de prêt-à-porter (copié et dégriffé), etc.

2000 magasins numérotés seraient installés à Derb Ghallef. La propriété du sol, confuse ou contestée, n’empêche pas la revente à prix intéressant des pas de porte (13 000 Euros pour un magasin prêt-à-porter de 12 mètres carrés). L’administration encaisse des  taxes et estime le chiffre d’affaires du marché à un milliard de dirhams (100 millions Euros).Il serait en réalité bien supérieur et à 80% informel, écoulant une grande partie de marchandises importées des enclaves de Ceuta et Mellila (convoyées quotidiennement par des milliers de bragdiates), d’Algérie (par des ânes) à travers la frontière, ou déversées par les cargos chinois à Casablanca ou Naples.


Par Pierre Vermeren, Le Maroc de Mohamed VI – La transition inachevée, P.257-258, Edition La découverte, 2009.

Cet article, publié dans Maroc, est tagué , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s