Keynes vs Hayek, l’économie enseignée autrement

12.05.2011 | Nicole Russell | The American Spectator   via Courrier International

Keynes et Hayek à la sauce hip-hop

VIDÉO. Pour évoquer le travail des deux célèbres économistes, rien ne vaut le rap et la boxe. Tel est le parti pris des promoteurs d’un clip vidéo désormais utilisé dans les cours d’économie.

Vous vous rappelez, en primaire, quand votre mère vous encourageait à chanter vos leçons pour les apprendre par cœur ? Eh bien, elle avait sans doute compris un truc. Au carrefour entre éducation et divertissement, Russ Roberts, professeur d’économie à l’université américaine George Mason, et John Papola, ancien producteur délégué de la chaîne Spike TV, ont uni leurs talents pour créer une vidéo associant science économique et hip-hop.

Roberts et Papola avaient déjà produit, en 2010, un clip du même genre,Fear the Boom and Bust [“Craignez l’essor et la chute”, disponible en version sous-titrée en français],
diffusé sur leur site Econ­stories.tv et sur YouTube. Hommage philosophique aux conceptions opposées des prestigieux théoriciens que furent Friedrich August Hayek [1899-1992] et John Maynard Keynes [1883-1946], la vidéo a été vue plus de trois millions de fois dans le monde. Partout aux Etats-Unis, des professeurs de lycée et d’université l’exploitent en cours. Leur nouvelle vidéo, intitulée Fight of the Century: Keynes vs. Hayek Round Two [“Le combat du siècle : Keynes contre Hayek, deuxième round”], mêle débat officiel et métaphore du combat : les deux économistes se font face lors d’une audition parlementaire qui se transforme en match de boxe, avec une musique digne du rappeur Kanye West et des paroles qu’Adam Smith [1723-1790] n’aurait pas reniées. Mise en ligne le 28 avril, la vidéo a été vue un demi-million de fois en une semaine sur YouTube et des milliers d’internautes “l’aiment” sur Facebook.

Si les paroles sont aussi instructives, la musique aussi bien écrite et le clip aussi imaginatif que l’année dernière, l’histoire est en revanche très différente. D’ailleurs, ce nouveau clip “raconte” vraiment une histoire, alors que le premier se présentait plutôt comme une introduction à des théories économiques divergentes. Pendant l’audition parlementaire, chacun des deux orateurs donne son explication du ralentissement économique que nous vivons aujourd’hui et avance ses solutions. Et voilà ce que ça donne :

HAYEK “On a sorti les pelles et on est toujours au fond du trou,
Toujours en train de creuser. Vous ne croyez pas que ça suffit
De soigner le mal par le mal ? Mon ami, la fête est finie,
La route est longue, l’heure est à l’austérité !”

KEYNES “Vous plaisantez ? Mon remède fonctionne parfaitement bien,
Regardez donc, la grande récession, dès 2009 c’était terminé.
Faites-m’en le crédit. Les choses auraient pu plus mal tourner
Toutes les estimations le montrent, j’ai de quoi le prouver.”

Russ Roberts, qui a travaillé avec John Papola sur les paroles et l’esthétique du clip (pas sur la production, chasse gardée de Papola), explique qu’il voulait cette fois répondre à des questions précises : “Le plan de relance américain a-t-il amélioré ou aggravé la situation ? C’est un important débat de fond, qui n’est toujours pas tranché.”
Ainsi, Keynes rappelle à Hayek combien sa théorie a soutenu l’économie américaine pendant la Seconde Guerre mondiale :
“Vous pouvez médire tant que vous voulez sur les statistiques et la régression,
Mais pouvez-vous nier que la guerre ait coupé court à la Dépression ?”
Hayek n’a pas l’air de trouver ça drôle :
“Quelle perversité de parler de prospérité !
Viande rationnée, beurre rationné… une vie d’austérité…
Quand les dépenses de guerre ont pris fin, vos amis ont hurlé à la calamité.
Pourtant, l’économie a prospéré et la croissance s’est envolée.”
Tout au long du “combat”, Keynes n’en démord pas : ce sont les dépenses qui alimentent la croissance. De son côté, Hayek maintient que l’économie est “organique” et que l’Etat ne devrait pas essayer de l’orienter.

“Les idées de Hayek ne bénéficient pas du même écho que celles de Keynes”, estime Russ Roberts, qui, en tant qu’économiste, se rallie à la théorie de Hayek [il coanime le blog libertarien Cafe Hayek, et le clip penche plutôt en faveur de ses idées]. Mais il souhaitait que Keynes ait tout autant voix au chapitre. “Ce que nous voulons, c’est améliorer la qualité du débat ; cela relève pour nous de l’honnêteté intellectuelle”, insiste-t-il. D’ailleurs, “Keynes a de meilleures répliques et est plus séduisant”. Hormis l’attrait physique des acteurs, reste à savoir si ce clip marchera aussi bien que le premier, en particulier auprès des étudiants. En cette ère du multimédia, aborder un sujet aussi complexe que l’économie sous la forme d’un récit, avec une mise en scène soignée, des acteurs charismatiques et des répliques inimitables est une prouesse digne d’intérêt. Dans cette conjoncture morose – par notre faute, ou peut-être pas, c’est selon votre point de vue –, Fight of the Century est un rayon de soleil dans les ténèbres de la crise. Le clip ne changera peut-être pas l’opinion de nos législateurs, plongés dans les projets de budget et occupés à se chamailler sur les causes de la récession et sur ce qu’il aurait fallu faire pour y remédier. Mais il éclairera peut-être les économistes et les politiciens en herbe, ainsi que leurs parents. Comme le scande Hayek :

“La leçon que j’en tire ? C’est que nous savons bien peu de choses,
Le monde est complexe, ce n’est pas un flux circulaire
L’économie n’est pas une matière qu’on peut maîtriser dès la fac
Vouloir le croire n’est que prétention*.”

______________________________________________________________________

Découvez la vidéo du « Combat du siècle : Keynes contre Hayek, deuxième round »
(sous-titrée en français) :

[youtube:http://www.youtube.com/watch?v=kxNp4JsiZXQ%5D

______________________________________________________________________

Note : * Pretense of Knowledge est le titre du discours de réception du prix Nobel d’économie prononcé par Hayek en 1974.

12.05.2011 | Nicole Russell | The American Spectator   via Courrier International

Cet article, publié dans Economie, I Like, Ishare., est tagué , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Keynes vs Hayek, l’économie enseignée autrement

  1. med dit :

    “La leçon que j’en tire ? C’est que nous savons bien peu de choses,
    Le monde est complexe, ce n’est pas un flux circulaire
    L’économie n’est pas une matière qu’on peut maîtriser dès la fac
    Vouloir le croire n’est que prétention*.”

    Bien dit.

  2. foul dit :

    L »économie n’est donc pas une science; « sciences économiques » est une dénomination fausse et « cuisines économiques  » serait un terme plus approprié; on aime ou on aime pas la  » cuisine Keynes » , on aime ou on aime pas la  » cuisine Hayek « ;comme le monde libéral nous propose ces deux cuisines , il faut choisir celle qui provoque la diarrhée la moins grave . Reste à inventer une cuisine plus saine pour le bien de l’ humanité.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s