Mes conseils d’orientation d’aîné à vous, pauvres naïfs du Mouvement du 20 février.

31.05.2011 | Abdullah Abaakil | eplume.wordpress.com
Dans cet environnement où tout le microcosme de l’élite démocrate, auréolée de ses faits d’armes, semble faire la leçon, en toute bonne foi, à ces jeunes naïfs du Mouvement du 20 février, je m’arroge le droit de le faire franchement et directement. Après tout, en quadragénaire héritier d’une tradition familiale, sur plusieurs générations, de lutte nationale et démocratique, je m’estime bien placé pour la fonction de donneur de leçons.

En effet, avec mes grands-parents dans le mouvement national et la résistance, mes parents à l’UNEM et l’UNFP, puis l’USFP, moi-même furtif militant de la Chabiba Ittihadia dans les années 90, je suis convaincu de pouvoir vous convaincre enfin de vous détourner du chemin dangereux dans lequel vous vous êtes engagés. Pour cela, je vais vous exposer les deux points forts de ces trois générations de militantisme.

La première règle est de toujours faire confiance au Roi en place. La question n’est pas de savoir s’il est sincère dans sa volonté de réforme – a-t-on déjà vu un despote accepter de bonne grâce de se défaire de ses pouvoirs ? – c’est une affaire de tradition quand on s’engage dans le combat national et démocratique. Après tout, ma génération a bien accepté coup sur coup « l’alternance démocratique » et la fable du « nouveau règne », celle de mes parents la marche verte, et la génération de mes grands-parents a même été jusqu’à le remettre volontairement sur le trône. Si, en prime, vous parvenez à le faire en vous coupant totalement des attentes de votre peuple, c’est encore mieux. Ainsi, vous pourriez remplacer votre plate-forme, bien trop consensuelle et populaire, par les propositions de M. B., éminent avocat et votre aîné en militantisme, qui propose le programme du Mouvement national qui, certes, a 60 ans, mais qui serait un formidable repoussoir pour vos bases à l’heure Twitter, et vous vaudrait la gratitude du Monarque pour ce spectaculaire hara-kiri. A cet égard, votre défiance à l’égard du discours du 9 mars, jeunes imbéciles, ne vous fait pas honneur.

La seconde règle est, si on sent la victoire proche ou seulement pour le plaisir, de toujours veiller à diviser le mouvement. Peu importe les motifs de division, vous pouvez même vous en inventer, mais le morcellement est impératif : la jupe de votre voisine de gauche est trop courte, hop, scission ; la barbe de votre voisin de droite trop longue, rebelote, scission ; vous pouvez même partir fonder le Mouvement du 20 février-Midi moins le quart, le M20-CAN, ou encore M20-amateurs de harira contre M20-amateurs de bessara, peut importe, il faut scissionner, et le plus tôt possible, sans prendre le risque de voir gagner ses revendications. Après tout, la génération de mes grands-parents nous ont laissé une bonne leçon de vente de peau d’ours avant de l’avoir tué, avec le Parti de l’Istiqlal et le PDCI, puis l’UNFP, la marginalisation de la résistance, le coup de pied à l’Armée de libération, etc. Ensuite, celle de mes parents, entre gauchistes et Ittihadis, l’éclatement des syndicats et la mise en coma prolongé de l’UNEM ne s’en est pas trop mal sortie. Et enfin, ma génération a parfaitement réussi le clivage entre islamistes, progressistes et mouvement culturel amazigh. Là encore, vous pouvez vous référer, pauvres agneaux écervelés, à l’exemple de M. L., intellectuel éminent et expert ès-excommunication pour un regard de travers, afin d’enrichir vos travaux.

Voilà pour ma recette du jour, bande de morveux idéalistes, et je vous enjoins, sur la base de notre adage national « lli fatek belila, fatek be7ila », à le respecter scrupuleusement en virant immédiatement de vos rangs ces ignobles barbus et gauchistes qui infestent votre ridicule mouvement que sa popularité ne dispense pas du bon sens des Anciens. Vous y gagnerez peut-être le droit de rejoindre le club de vos aînés aigris, avec deux beaux plans de carrière : soit un converti au Makhzen éternel avec accès sans concours, soit un héros des batailles perdues avec haie d’honneur à la clé à chaque fois que vous pénétrerez dans l’enceinte d’un hizbicule. Je vous somme, de mon autorité d’aîné, d’arrêter immédiatement de prendre le risque de réussir le changement que nous voulons et, si Dieu me prête vie, nous pourrions alors, ensemble, en 2050, transmettre à nos enfants cette belle tradition de révolutions avortées face, peut-être, au Makhzen d’Hassan III.

Signé : Abdullah Abaakil avec la collaboration involontaire de Khalid Naciri

31.05.2011 | Abdullah Abaakil |  eplume.wordpress.com

Cet article, publié dans Maroc, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Mes conseils d’orientation d’aîné à vous, pauvres naïfs du Mouvement du 20 février.

  1. Anonyme dit :

    Vos conseils sont d’une valeur rare. Les jeunes du 20 Fevrier vont devoir etre tres vigilents. Les luttes de longue haleine ont tendance a produire des divisions au sein des mouvements revolutionnaires. Ceci dit, la situation est un peu differente cette fois ci. Je pense sincerement que le regime n’a d’autres alternatives que de se reformer ou bien perir. Je prefere que le regime actuel persisse, mais s’il se reforme, ca ne me derangerait pas trop.

  2. med dit :

    Nous évoluons, nous changeons, c’est la nature dont nous font partie qui l’impose. Nul changement tu meurs. Avec les 20févrieistes, les 32 avrilistes où je ne sais quel mouvement mimique, notre monarchie a su négocier bon gré mal gré les méandres imposés par la scène nationale et internationale. Ces mouvements de soit disant libération, UNFP, USPF, Istiqlal,… et autres anagrammes pernicieux, ne traduisent pour un connaisseur qu’une lutte pour s’emparer du pouvoir. Le haut de la pyramide était l’objectif ultime de chacun de ces Ahzabs. L’habit n’a jamais fait le moine, comme disent les occidentaux. Derrière cette parure affichée, qu’elle soit populiste ou intellectuelle, et ces slogans trompeurs, se meut l’envie de délester le Maroc de son prince. Car c’est enfin le peuple qui voudrait ou non d’un prince. Charge à lui de connaître comment s’y faire. Y a qu’à lire le prince de Machiavel pour comprendre cette lutte acharnée entre la monarchie et ces détracteurs. N’en déplaise à ceux qui essaient de cacher leur jeu, cette œuvre est toujours d’actualité, même dans les pays dits démocratiques.
    Vous voulez le pouvoir, le souverain va vous l’octroyer, mais avec un « masmar j7a » en contre partie. Lorsque tous les pouvoirs étaient entre ses mains, ils laissaient une marge de manœuvre aux privilégiés. C’était un contrat sous entendu entre lui, les Ahzabs et les autres. Avec la réformes de la justice, il va leur enlever ce privilège. C’est pourquoi ils essaient de brouiller son projet, ils se sont affolés. Ils se sont rendus compte qu’ils n’auront plus les avantages qu’ils avaient. Le souverain s’est rangé au côté du peuple, n’en déplaise à ceux qui dénigrent ses actions. Les critiques que lui balancent les uns et les autres dénotent d’une ignorance des subterfuges de la politiques et de la sagesse du monarque. Roi des pauvres, Roi de la 7arira, les petits et les grands projets….. C’est une préparation dont plusieurs n’ont pas saisi le sens et l’objectif. Maintenant et sans falsification, le Roi aura gain de cause. Le peuple est avec lui, les autres ont peur de lui, le reste se range avec le gagnant……
    Dieu, Patrie, Roi. laybark fi 3mar sidna, 7na lmgharba. Les autres, qu’ils suivent ou qu’ils se taisent à jamais. Amen.
    A+

  3. Salvadorali dit :

    @ med
    ça fait du bien le machiavélisme😉 Pour protéger le peuple contre le pouvoir des marchands, il n’y a en effet que Dieu et le Roi… en d’autres termes : arrzaq wa errda !

  4. med dit :

    Cher salvadorali, les autres entre les deux. Machiavel est à prendre ici dans le sens de ses écrits, pas dans le sens qu’on échange généralement dans nos discutions. Lis le et tu verras. Les idées qu’il avance sont très objectives, aussi bien pour le peuples, le Prince et ceux qui sont entre les deux.
    A+

  5. Salvadorali dit :

    @ abdallah abaakil
    bravo pour ton ton, mon tonton ! le talon d’achille des marcheurs du 20 février, c’est hélas leur dogmatisme de courte vue, tu as trouvé les mots justes pour les inciter à se poser d’autres questions, pour changer…

    mais quel dommage que tu n’assumes pas le processus historique par lequel la monarchie et la dynastie alaouite ont été réinstaurées au terme de la négociation de notre indépendance. dans ces conditions, à quoi bon tenter de faire la morale aux jeunes agités du 20 février ? tu veux leur confisquer leur jouet, offre leur donc quelque chose de consistant en échange ! et quoi de mieux que l’alliance mythique mais pas moins pratique du Peuple et de la Monarchie ? fais gaffe, trop de machiavélisme tue le machiavélisme !

    PS
    le mouvement du 20 février en est arrivé à opposer la déraison des tas contre la raison d’état😉 vaste programme !

    @ med
    cher med, j’ai poussé un peu loin le bouchon de l’ironie… machiavel, c’est en effet le mode d’emploi de la raison d’état, sans jamais tomber dans l’apologie aveugle du « fait du prince »… on ne dit pas assez, sans doute, que machiavel, en vertueux fonctionnaire ex-républicain, avait foncièrement le souci du bien public, quand bien même il aurait contribué à refonder la monarchie…

  6. Med Amine dit :

    Je lis et je relis pour essayer de comprendre le contenu de ce message…la seule idée que j’en tire c’est : J’ai la légitimité d’être le mieux placé pour réfléchir le changement car je suis issu d’une famille de militants…je retrouve là le principe même de la monarchie…la légitimité de « dire comment faire » acquise par le sang….tout en rabaissant les nouvelles idées qui ont pour tort l’absence de « parents »….c’est tout à fait contraire aux principes de la démocratie pour lesquels nous nous battons.
    Par ailleurs, merci pour les conseils, nous les jeunes marocains qui rêvons d’un Maroc meilleur nous prenons note …nous en tirons des leçons mais peut être pas celles auxquelles vous faites allusion….nous sommes des naifs et des débutants…peut être nous aurons « La chance du débutant »

  7. med dit :

    kon ibna man chita wa ktassib adbane, yoghnika ma7moudoho 3ani nassabi.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s