Affaire Jonathan Pollard & Mordechai Vanunu

10.06.2011 |  eplume.wordpress.com

« Certes, Pollard livrait les informations à un pays allié des Etats-Unis, mais c’était moyennant une contrepartie de 50 000 dollars. Il s’agissait donc d’un espion payé pour les services qu’il rendait. Alors que les révélations de Vanunu au Sunday Times de Londres sur l’armement nucléaire israélien, elles, étaient gratuites. Son action est le fruit d’une conviction très profonde. Il fait partie de ces Israéliens qui pensent que si la paix doit régner au Moyen-Orient, il faut penser à résoudre la question de l’armement nucléaire israélien »  (Extrait Al Hayat, 26.11.1998 )

Pour comprendre la porté de cet extrait, je vous présente deux articles concernant deux affaires d’espionnage, la première est celle d’un citoyen juif américain nommé Jonathan Pollard, ( 05.01.2011, The Jerusalem Post) et la seconde  est celle d’un citoyen israélien de parents marocains nommé  Mordechai Vanunu  (26.11.1998, Al Hayat).

  *************

05.01.2011 | The Jerusalem Post  via  Courrier International

« Le Premier ministre israélien a écrit à Obama pour lui demander de relâcher Jonathan Pollard », titre le quotidien de Jérusalem. Ce Juif américain est emprisonné depuis vingt-cinq ans aux Etats-Unis, condamné pour espionnage au profit d’Israël. « La population israélienne vous serait éternellement reconnaissante de le gracier », écrit entre autres Benyamin Nétanyahou dans sa missive, lue devant la Knesset le 4 janvier. Il est le premier dirigeant israélien à plaider ainsi officiellement la cause de l’espion incarcéré.

________________________________________________________________

Repères: Qu’est vraiment Jonathan Pollard ?

Rendez Vous Avec X Jonathan Pollard partie 1/2 :

[youtube:http://www.youtube.com/watch?v=prmHkhWLGIc%5D

Rendez Vous Avec X Jonathan Pollard partie 2/2 :

[youtube:http://www.youtube.com/watch?v=WwGRsrR78T0%5D

________________________________________________________________

26.11.1998 | Raghid al-Solh | Al Hayat  via Courrier International 

Echanger l’espion Pollard contre Vanunu ?

Mordechai Vanunu, incarcéré en Israël pour avoir révélé des secrets relevant du nucléaire, est d’origine marocaine. Rabat devrait donc demander sa libération à Jérusalem, estime « Al Hayat », de la même façon que Nétanyahou cherche à obtenir de Washington la liberté pour Jonathan Pollard.

Avec la mise en oeuvre des accords de Wye Plantation, le gouvernement israélien pourrait accentuer ses pressions sur l’administration américaine afin qu’elle tienne sa promesse de libérer l’espion américain Jonathan Pollard, qui agissait pour le compte d’Israël.Ces pressions vont certainement monter d’un cran puisque Nétanyahou a besoin de satisfaire les faucons israéliens, qui ont fait de Pollard un héros national ayant contribué à garantir la paix et la sécurité de l’Etat hébreu. L’initiative du Premier ministre israélien vise aussi à remonter le moral des collaborateurs du Mossad, les services de renseignements israéliens. Le Mossad a connu ces derniers temps de nombreux revers : échec de la tentative d’assassinat (à Amman) de Khaled Machaal, responsable du mouvement islamiste Hamas ; insuccès de la mise sur écoute en Suisse d’activistes arabes ; et arrestation en Egypte de l’agent israélien Azzam Azzam. Ces déconvenues successives et les sévères critiques de la population ont affecté sérieusement le moral des responsables de l’espionnage et ont entaché leur action et leur réputation sur le plan local et international.
Ceux qui demandent la libération de Pollard justifient leur position en avançant les arguments suivants :
– Jonathan Pollard est un citoyen israélien, même si, au moment de son arrestation, il était uniquement citoyen américain. Les autorités de Tel-Aviv – pour justifier leur intercession en sa faveur – lui avaient octroyé la nationalité israélienne. Auparavant, Pollard était un espion américain qui agissait contre son pays ; après sa naturalisation, il devint un espion qui oeuvrait pour le compte de sa patrie.
– Pollard croupit en prison depuis douze ans. Cet ex-analyste de la marine américaine se préparait un avenir radieux. Quand son affaire fut révélée, il perdit son emploi et son avenir.
Il espionnait pour le compte d’Israël et lui a transmis plus de 10 000 documents classés secrets. Toutefois, il mérite d’être traité avec indulgence et clémence, car son objectif n’était pas de nuire aux intérêts américains, mais seulement de protéger des Israéliens entourés d’Etats hostiles. En aucun cas, il ne peut être comparé à Julius Rosenberg, accusé d’avoir livré à Moscou des secrets nucléaires. Pollard a donc agi pour le compte d’un pays allié de Washington, qui a utilisé les informations ainsi recueillies pour effectuer des missions qui rendent également service aux Américains.
Mais, si Tel-Aviv s’appuie sur ces arguments pour demander la libération de Jonathan Pollard, le Maroc doit lui emboîter le pas pour demander la libération de Mordechai Vanunu, incarcéré en Israël pour avoir révélé des secrets concernant l’armement nucléaire israélien presque en même temps que l’affaire Pollard. Vanunu ne possède pas la nationalité marocaine bien que ses parents, qui émigrèrent en Israël au moment de la création de l’Etat, soient d’origine marocaine. Le gouvernement a donc le droit de lui octroyer la nationalité marocaine. Le royaume chérifien est un pays exportateur d’immigrés et il essaie dans la mesure de ses possibilités de garantir la sécurité de ses ressortissants. C’est donc au nom de l’intérêt qu’il porte à sa diaspora qu’il doit aussi, par le biais des instances internationales et des Etats-Unis, exercer une pression sur Israël pour que Vanunu soit relâché.
Mordechai Vanunu a enduré davantage de souffrances que Pollard. Ce dernier a été arrêté de façon légale, conformément aux moyens prévus par la loi. Vanunu, lui, a été kidnappé puis extradé d’un pays dans un autre. Le jugement de Pollard n’a fait l’objet d’aucune mesure exceptionnelle ; alors que Vanunu s’est vu imposer un isolement forcé accompagné d’un acharnement médiatique des plus virulent – tellement violent que son père, Salomon, s’est vu contraint de le renier. En prison, Pollard a été traité comme n’importe quel autre prisonnier américain. A l’opposé, Vanunu a subi – depuis son arrestation et jusqu’à une date récente – un traitement inhumain et humiliant : il est resté de longues années dans l’obscurité la plus totale d’une cellule individuelle. Pendant que Pollard recevait les leaders israéliens venus le soutenir, Vanunu ne voyait qu’un petit nombre de membres de sa famille, seulement quelques heures par mois.
Certes, Pollard livrait les informations à un pays allié des Etats-Unis, mais c’était moyennant une contrepartie de 50 000 dollars. Il s’agissait donc d’un espion payé pour les services qu’il rendait. Alors que les révélations de Vanunu au Sunday Times de Londres sur l’armement nucléaire israélien, elles, étaient gratuites. Son action est le fruit d’une conviction très profonde. Il fait partie de ces Israéliens qui pensent que si la paix doit régner au Moyen-Orient, il faut penser à résoudre la question de l’armement nucléaire israélien.
Le gouvernement marocain est en droit de demander la libération de Vanunu. Une telle initiative aurait de nombreuses répercussions positives. Elle permettrait d’attirer à nouveau l’attention sur la question de l’armement nucléaire, sur les armes de destruction massive et sur l’industrie des armes chimiques en Israël. En outre, elle renforcerait les liens entre le Maroc et la communauté juive marocaine en Israël. De tels liens ne peuvent que leur être bénéfiques, ainsi qu’aux Arabes israéliens, d’ailleurs, qui luttent contre la ségrégation religieuse et ethnique. Une telle initiative permettrait enfin de rendre justice à un prisonnier d’opinion et à un adversaire des armes nucléaires.

_______________________________________________________________

Repères: Qu’est vraiment Mordechai Vanunu sans le plan Dimona ?


Documentaire – BBC – 45 mn

_______________________________________________________________

Cet article, publié dans Amériques, Maroc, Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA), est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Affaire Jonathan Pollard & Mordechai Vanunu

  1. Rita dit :

    Du coup je trouve leur statue de la lliberte laide et derisoire. Si j’etais sur place, je l’aurais lapidee, ne serait ce que pour faire de la prison pour une raison un peu plus valable que celles qui retiennent notre Jonathan.
    Ce que je viens de decouvrir, c’est qu’une certaine Sandy aurait pensé cela avant moi et l’aurait deja lapidee a sa facon, comme pour « glisser dans l’ombre (a notre proscrit) un pot de confiture, contraire aux lois »
    Et meme si cela a coute a l’etat 28. Millions de dollars, pour la reparer ( CAPARA POUR JONATHAN), ce qui reconforte, c’est que notre brave Sandy court encore, et que sa liberte a elle, personne ne peut la voler….
    Et personne ne peut garantir qu’elle ne repassera pas,meme sous un autre nom, refaire les memes degats ou pire, ETANT DONNÉ L’IMPUNITÉ.

    MERE NATURE, CE QUE TU PEUX ETRE BELLE , LORSQUE TU RECLAMES (pardon, TU REPRENS) TES DROITS.
    Ce que nous sommes nuls devant toi, avec notre pretendue science et nos pretentieux monuments !
    Oui Mere Nature, tu es si gracieuse, …. Ta prochaine Sandy, nous la surnommons deja GRACE, …. Et nous l’attendons impatiemment

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s