Les timides avancées politiques au Maroc

20.06.2011 |   Ihssane GUENNOUN  |  eplume.wordpress.com


« Exception » du « printemps arabe », le Maroc a été salué pour avoir répondu aux revendications exprimées par le mouvement du 20 Février. Cependant, ces dernières n’ont pas été satisfaites dans leur intégralité. Il se trouve que les réformes introduites ont la prétention d’être historiques sans pour autant le mériter. Qu’est-ce donc qui réjouit ce peuple, aveuglé par des promesses, et le pousse à crier sa joie dans les rues du pays ?

Le plus inquiétant dans les évènements que connait notre pays est la bifurcation regrettable que connait son peuple. Scindé en deux camps parfaitement et radicalement opposés, une menace de confrontations violentes peut, sinon très prochainement, apparaître à long terme. Cette confrontation naitrait des divergences politiques des acteurs mis en compétition dans un contexte agité.

Désireux de voir le Maroc se développer mais effrayés d’avoir à subir -éventuellement- la répression makhzenienne, certains citoyens se proclament anti-20 février mais se réjouissent des changements apportés sans avoir peiné pour les recevoir. Ainsi, nous situons-nous là dans le paradoxe tant connu du « passager clandestin ».

46 ans plus tard, des jeunes marocains se mobilisent en faveur de plus de démocratie, moins de corruption et pour une justice sociale au Maroc. Mais c’est avec regret que l’on constate leur répression, les moqueries  qu’ils ont du subir pour parvenir à un résultat qui représente une infime partie de leurs réclamations.

Ceci étant, les fervents partisans convaincus et obscurcis de la monarchie, mais également par la monarchie se déclarent satisfaits des achèvements du 17 juin 2011.

N’étaient-ils pas contre ces changements ? Saisir la rationalité de leur réflexion m’est difficile en cela qu’elle est des plus paradoxales.

Enfin, je ne saurais être hypocrite. Il y a tant de changements à accomplir au Maroc. Mais il faut se rendre à l’évidence, comment avancer alors que des citoyens soumis au pouvoir persistent ? Les changements doivent s’effectuer également par le bas, par un travail sur l’ouverture des mentalités.

Le référendum tant attendu sera certainement un plébiscite lorsque l’on sait que certaines personnes avaient en tête leur décision de vote bien avant le discours.

Je pense -à titre personnel- que les réformes n’ont pas été assez profondes pour pouvoir les accepter, raison pour laquelle il me semble important de porter ma voix contre.

Je ne vous demanderai pas de voter OUI ou NON puisque ma légitimité serait à remettre en cause, tout ce que je pourrais vous demander sera de voter.


Cet article, publié dans Maroc, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Les timides avancées politiques au Maroc

  1. En parlant de convaincus, je te propose la sociologie des convaincus, par Abou Lahab, version 6
    http://takhouar.wordpress.com/2011/01/31/traite-de-la-sociologie-des-convaincus-6/

    un article à la fois très juste et superbement expliqué

  2. En effet, c’est un excellent article qui nous rappelle des personnes que l’on côtoie quotidiennement. Les « Con-Vaincus » comme le dit-il, ne sont que des êtres apeurés du changement et avides de réflexions.

  3. « Je ne vous demanderai pas de voter OUI ou NON puisque ma légitimité serait à remettre en cause, tout ce que je pourrais vous demander sera de voter » aurait largement suffit lors d’un discours que je ne saurais citer.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s