Réponse de Younes Benmoumen à Fouad Laroui

28.08.2011 | Younes Benmoumen    |  eplume.wordpress.com

« J’avais vu que tout tenait radicalement à la politique, et que, de quelques façons que l’on s’y prît, aucun peuple ne serait jamais que ce que la nature de son gouvernement le ferait être ».   J.J. Rousseau, in « Les Confessions. »

Ce billet est né d’une volonté de répondre à la chronique de Fouad Laroui, publié le 19 août dernier dans Libération[1], qui a suscité quelques débats. J’ai jugé utile d’y ajouter une réflexion plus générale sur les arguments véritables qui la fondent, et qui ont été exprimés (par M. Laroui) avec une suffisance qui ne rend justice ni à la notoriété de l’auteur, ni à la validité improbable de ses arguments. Mais sait-on jamais.

La question qui a été débattue est la suivante : qui du peuple ou du gouvernement est le premier responsable de l’état de sous-développement politique que connait notre pays ?

Par sous développement politique, j’entends ici l’ensemble des symptômes de mal-gouvernance qui s’appellent la corruption, la gabegie et l’injustice. Ces symptômes sont ressentis par tous, et les réponses que l’on y apporte généralement se rangent autour d’un clivage simple, tout entier contenu dans la question débattue.

Certains comme Fouad Laroui, considèrent que « l’origine du mal » qui ronge notre vie civile n’est autre que la mentalité de ceux qui la composent. Ainsi, si la politique est corrompue, c’est parce que les Marocains, dans leurs pratiques quotidiennes le sont aussi. De ce fait, la sphère politique n’est qu’une exacte transposition de nos pratiques sociales. Le gouvernement, si peu représentatif qu’il soit, n’en reste pas moins composé de Marocains pensant et agissant en tant que tel. Il s’ensuit que le sous-développement politique de la collectivité est à la mesure de la décrépitude morale de ceux qui la composent. Conséquence ultime : pour changer de régime, il faut nous changer nous même.

En termes de politique publique,  ce mantra est à l’origine d’un autre refrain : celui de dire « que rien ne changera si l’on éduque pas le peuple ». C’est aussi le sens des prescriptions délivrées d’un ton très paternel par M. Laroui. La solution qu’il préconise est donc « le travail sur soi ».

Nous revoilà lancés sur le chemin de l’école, c’est-à-dire de la nécessaire fabrique du citoyen. On convoquera alors notre rude moitié analphabète à l’appui du propos catégorique, et l’on clora la discussion d’un haussement de sourcils et d’épaules.  Lay Barek f’3mar Sidi.

Le bloggueur Larbi[2] a brillamment fait le catalogue des aveuglements volontaires de l’auteur discuté ici. Pour ma part, je ne dirai que ceci : jamais il ne m’apparaitra juste de blâmer l’individu et son comportement si je n’ai pas d’abord conspué l’Etat qui en est à l’origine. D’après l’historien Mostafa Bouaziz[3], entre l’indépendance et l’année 1960, le taux de scolarisation est passé de moins de 10% à 45%.  Quarante années plus tard, le taux était sensiblement le même, faisant du Maroc l’un des pays arabes les plus analphabètes, et ce n’est pas peu dire. C’est tout ? Non.

Au Maroc, il existe des dizaines de milliers d’associations en tous genres. Parmi elles, j’en pointe du doigt la plus importante. Tous les Marocains en sont membres, cela s’appelle la citoyenneté. Elle a droit de vie et de mort sur ses membres, puisqu’elle s’appelle l’Etat. A cette association, il est obligatoire de cotiser sous peine de prison, on appelle cela l’impôt. Certains membres de cette association détiennent des pouvoirs nécessaires à sa bonne marche, et y ajoutent parfois des privilèges exorbitants, comme celui de vous priver de dignité. Jugements iniques, dilapidation des fonds publics, la torture…

Et c’est le resquillage à la queue de la boulangerie qui vous gêne tant M. Laroui ? Décidément, les Marocains ont de bien mauvaises manières pour acheter leur pain produit par une agriculture defiscalisée et financée par le contribuable au profit des grands propriétaires terriens, lesquels envoient acheter le leur par les domestiques. Pardonnez aux manants, M. Laroui, et remerciez le ciel qu’ils se contentent de resquiller et manifester.

L’Etat marocain qui existe aujourd’hui est le substrat historique d’un système féodal et prédateur. Charles Tilly l’apparente au crime organisé[4]. Si les Marocains d’aujourd’hui peuvent parfois ressembler à ce que vous décrivez, c’est parce que la signification profonde que revêt l’Etat pour eux comme pour moi est celle d’un système de contraintes basé sur la force et ayant pour but d’extraire des ressources financières pour en faire un usage contestable que nous ne pouvons contester.

Comme beaucoup, je crois que notre Etat est un outil qu’il faut manier pour le bien commun. La position de M. Laroui revient à dire que si l’outil n’est pas adapté, c’est la main qu’il nous faut changer. Pour un intellectuel, je considère que l’erreur est grave.

C’est donc ainsi que la démocratie, qui signifie la responsabilité du pouvoir, qui garantit la justice, qui s’appelle enfin le progrès, c’est donc ainsi que la démocratie nous est représentée : si lointaine, perchée dans les siècles à venir et ce qu’ils supposent de travail sur les « mentalités ».

Sans doute, M. Laroui s’imagine-t-il le développement comme un processus romanesque.  Il nous faudrait donc rejouer le répertoire complet des scènes historico-cinématographiques : les affirmations nationalistes délirantes, la montée des extrêmes, la lutte pour la modernité, la lutte contre la modernité, le tout parsemé de quelques inévitables drames humains pour qu’enfin, au bout du long parcours initiatique bordé du précipice qui nous regarde, ce qui est entré en populace, foule hurlante et horde barbare, en ressort Peuple marocain, instruit et grave, ceint d’une souveraineté tâchée de sang et de grandeur, prenant sa destinée en main en disant oui à la démocratie, et merci à ses chers dirigeants d’avoir tenu les rênes pendant sa longue enfance.

Voila sans doute ce qu’il y a de plus terrible dans votre tribune, Monsieur Laroui. Ce que vous appelez de vos vœux est précisément ce qui est en train de se produire. Les mentalités changent et entraînent les revendications que vous tapotez paternellement sur le dos. La tragédie est que vous ne le compreniez pas.

Monsieur Laroui, vous n’êtes certainement pas en dessous de cette compréhension, mais vous n’êtes pas non plus au dessus. Vous êtes à côté.

[1] http://www.liberation.fr/monde/01012354909-cher-ami-tu-seras-un-democrate

[2] http://www.larbi.org/post/2011/08/Cher-ami-Fouad-Laroui

[3] Propos tenus à l’Université d’été de CAPDEMA, le 12 juillet 2011.

[4] « War making and state making as organized crime », Charles Tilly, Cambridge University Press, 1985.

Cet article, publié dans Maroc, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

9 commentaires pour Réponse de Younes Benmoumen à Fouad Laroui

  1. Hatim dit :

    Bravo, espérons qu’il va lire ça🙂

  2. marokino dit :

    Ce billet reflète encore une fois la mentalité des pro-févriéristes : le malheureux laroui a osé exprimer une idée qui ne va pas dans le sens de ces excités et la meute est lâchée, dirigée par Larbi!

    Je ne peux qu’être admiratif devant la tolérance et l’esprit d’ouverture de nos apprentis-révolutionnaires et je ne peux m’empêcher au genre de liberté d’expression qu’ils nous proposeraient une fois arrivés au pouvoir!

  3. zouheir barroudi dit :

    @marokino

    Je ne sais pas qui vous ciblez par vos propos. C’est de toute facon un « red herring. Younes ou Larbi sont pour la liberte d’expression. Ce concept qui contient aussi le droit de reponse. Croyez moi sur parole…ni Younes ni Larbi ne contemplent l’idee de censurer Mr. Laroui ou de le faire taire par la violence ou la menace de violence. Tout ce qu’ils cherchent, c’est que l’optique Makhzeniste de Mr. Laroui soit remise en question raisonnablement avec des arguments valides. Ils souhaitent que cesse la pensee unique et que nous transitions enfin vers une societe ouverte, ou les idees se confrontent de maniere transparente sur la scene publique.

    Faudrait il qu’ils se taisent face a cette tirade de Mr. Laroui pour etre « tolerant » et « ouvert d’esprit »? Non monsieur! Votre relativisme est affligeant.

  4. marokino dit :

    @ zouhair baroudi**

    Monsieur LAROUI a le droit d’avoir le point de vue qui lui sied, tout comme ce Larbi qui se prend pour le centre du monde ou tout autre individu!

    C’est taxer les idées de Laroui de makhzaniennes qui est affligeant : on dirait les petits esprits français qui taxeraient un auteur de négationniste, accusation siffusante pour le mettre au ban de la société!

    Laroui n’a rien à attendre du makhzen : ses idées sont siennes et ils les assume!

    Mais encore une fois, j’oubliais que le 20 février a hérité de la sacralité dont s’est défaite la monarchie : toucher à ce mouvement, même dans un billet d’humeur comme celui de Fouad relève du crime de lèse-20 février, puni de bannissement pour cause de makhzanisme!

    Bravo la liberté d’expression version Larbi et compagnie!

  5. zouheir barroudi dit :

    @Marokino

    Mais absolument! Mr. Laroui a le droit d’avoir le point de vue qui lui sied. Si sa liberte d’expression etait en danger, j’ai la conviction que Larbi et Younes prendraient sa defense.

    Je n’ai pas dit que Mr. Laroui etait membre du Makhzen ou qu’il a quoi que ce soit a attendre du Makhzen. Ce sont encore une fois des « red herrings ». Son article justifie la monarchie, le monopole du pouvoir par la monarchie et la theocratie en invoquant les memes arguments que ceux qu’utilise le Makhzen. Il absout la monarchie de toutes responsabilites et transfere la responsibalites aux sujets du trone Alaouite.

    Il a raison sur certains points. Notamment, que la culture dominante au Maroc est anti-democratique. Mais cela ne saurait etre une excuse pour mettre l’inevitable reforme vers une monarchie parlementaire aux second plan. C’est un faux dilemme!

    Pour ce qui est d’accuser le #20fev de precher la sacralite de sa cause, c’est tout simplement de la diffamation. Personne n’a jamais voulu interdire la critique du mouvement ou de ses idees. La preuve en est l’heteroclisme du mouvement, le manque de coherence dans ses revendications et ses membres qui reunissent salafiste et communistes en passant par les secularistes, les libertaires et les democrates.

    Personne n’a bani Mr. Laroui. Dans le contexte d’une societe civilisee, on debat d’idees ouvertement sans tabous. Les reponses de Younes et Larbi sont mesurees. Et c’est bien ces derniers qui risquent d’etre arrete, emprisonne ou torture pour leurs idees que le roi a traitee de « subversives ». Ou encore de se faire attaquer par cette branche militante qui se nomme l’Alliance Royaliste Marocaine et qui sevit en toute impunite.

    Au final, ce debat est la classique opposition du conservatisme face au progressisme. Vous vous extasiez peut etre devant les images des notables qui se courbent durant la cerenomie medievale de la ba’ya’. Vous trouvez peut etre normal que le budget du palais engouffre des sommes astronomiques. Peut etre meme que vous croyez sincerement que l’autoritarisme est le meilleur systeme de gouvernance. Pour ma part, je refuse d’attendre un autre siecle afin d’abolir ces aberations. Ca s’appelle l’evolution vers une societe democratique et ce but va de paire avec la liberte d’expression. Que vous redoutiez que cette cause cache les relents d’un systeme totalitaire qui « puni de banissement » ceux qui n’adhere pas a la Cause n’engage que vous.

  6. Corto Maltese dit :

    Monsieur,

    Ce ‘nest pas en six mois que les illetres apprendront a lire et ecrire. Tant qu’il aura des illetres (dans tout les senses possible du terme) au parlement, vous pouvez faire toutes les manifs que vous voulez il y aura toujours ceux qui vous tireront vers le bas, ceux pour qui le status quo est benefique et necessaire.
    Vous vous plaignez que le Roi est vole la vedette. Ce n’est pas parceque le monde arabe est en revolte, qu’un copy cat est necessaire. Personne n’as tirer sur vous a balles reelles. Et on a pris des coups de batons de la part du makhzen depuis notre jeune age pas parce que la cause palestinenne au iraqi nous porte a coeur (meme si elles nous sont cheres maintenant qu’on comprend mieux) mais paceque cetait une bonne excuse pour ne pas aller en cours.

    Monsieur, le printemps arabe au Maroc a commencer en 1999!

    Mr Laroui a raisonm, le temps des che guevara est deja passe au Maroc. Faites places au ingenieurs, scientifiques et fonctionnaires de bonne ethique qui reconnaisse qu’ils servent un pays et un peuple et non l’inverse.

    T.

  7. reddurable dit :

    moi je ne dirais pas autant que ce qu’a exprimé l’un des commentateurs:
    « Mais encore une fois, j’oubliais que le 20 février a hérité de la sacralité dont s’est défaite la monarchie : toucher à ce mouvement, même dans un billet d’humeur comme celui de Fouad relève du crime de lèse-20 février, puni de bannissement pour cause de makhzanisme!
    Bravo la liberté d’expression version Larbi et compagnie! »

    • cherqaoui dit :

      Réponse de Younes Benmoumen à Fouad Laroui

      Invitation directe aux intéressés
      J ai une expertise d un vécu propre qui peut compléter la recherche sur le sujet de MR LAROUI,
      Attenuer les appréhensions de MR YOUNES pour CONCLURE VRAI SUR LE SUJET CLE ATTENDU PAR TOUS LES MAROCAINS et RETROUVER LE CONSENSUS NATIONALE.

  8. Derb Sultan dit :

    M Benmoumen s’il te plait arrête de parlez au nom de tout les Marocains. Si tu as des propos à tenir à l’encontre de Laroui, tu es libre et lay3awnek. Mais n’utilise pas les Marocains comme argument pour étayer tes thèses. Pour une raison simple, la réalité de la majorité des Marocains n’est pas ta réalité, ton quotidien et etc.
    Merci

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s