La révolte sans titre

Août 2011 | Sonia Terrab |  eplume.wordpress.com

Ce n’est pas la révolte en elle-même qui est noble, mais ce qu’elle exige : Camus. Si on devait faire un bilan de ces six derniers mois, nous avons exigé l’impossible et nous avons eu tous les possibles. Le Maroc d’avant décembre n’est pas celui de l’après-février, et celui d’aujourd’hui ressemble peut-être à celui d’hier mais pense à celui de demain. Nous avons arrêté de stagner, nous nesommes plus un peuple suspendu, nous sommes sortis dans la rue, pour dire non, pour dire oui, nous nous sommes exprimés, nous nous exprimons encore.

Ni bobos, ni intellos
Pourtant, ce n’est pas suffisant. Et la question se pose, puis se répète : à quoi bon ? Quand on voit les actes manqués, les discours faussés, les hypocrisies exposées, la propagande étalée, l’importance du billet. Mais encore, les dimanches barbus, les slogans voilés, l’individualisme fantasmé, les bulles qui éclatent et les paradoxes qui s’entassent. Quand on perd pied, on perd espoir, on se retrouve à plat, les élans avortés à mi-voie, déçus, impuissants, incompris, décalés, et qu’on finit, fatalement, par se demander : qui sommes-nous ? Que voulons-nous ? Qui représentons-nous ?
Ce texte est destiné à tous les sans-titres. Les sans-étiquettes. Les sans-frontières. Les esprits libres et branchés, les paumés et les speedés, les idéalistes intelligents et les réalistes nonchalants, les pessimistes enragés et les optimistes bornés, les poètes maudits et les cravatés par dépit. Ceux qui ne se reconnaissent nulle part et manquent de repères. Ceux dont l’ardeur dénonciatrice, accusatrice ou provocatrice s’est essoufflée, perdue sur l’autoroute de l’été, devant la contradiction royale ou la confusion libérale. Il vous est destiné car vous devez vous sentir seuls aujourd’hui, tout comme je le suis. Seuls dans un combat que nous n’avons pas choisi mais qui s’est imposé, qui s’impose tous les jours. Un combat pour rêver ensemble un pays qui n’existe pas encore et l’aimer. Un combat pour avoir droit à ce rêve.
Il ne s’agit pas d’être catalogué, estampillé, tatoué 20 fiévreux ou anarchiste péteux, bobo mécréant ou intello dépravé. Il ne s’agit pas de ce qui nous distingue mais plutôt de ce qui nous rassemble, une envie de liberté, d’exploser les carcans, de respirer plus fort, une envie de dignité, à vue d’œil, gratuite, disponible pour tous, une envie de bonne santé, ne plus se surveiller, marcher sans se priver. Une modernité non galvaudée.

Comme des enfants
Peu importe si nous ne sommes pas nombreux, si les textes nous défient et les baltagias nous hérissent, peu importe si nous ne sommes qu’une minorité, elle a son poids et sa légitimité, qu’il va falloir renforcer pour avancer. Les lignes sont claires, universelles, basiques : un accès équitable à la santé, l’éducation, la justice, le droit de penser, de dire, d’aimer, de ne pas croire et de vouloir. Les lignes sont grandes et elles grondent. Elles pressent chacun d’entre nous, d’entre vous, à se sentir concerné. Concernés et surtout responsables, tant que nous ne sommes pas satisfaits.
La révolte est ouverte et il faut se révolter. Chacun dans son coin, entre ses murs, ses frustrations, ses besoins. La révolte est avant tout personnelle, elle est dans le corps, le cœur, l’attitude face à l’autre, le moins fort, le plus difficile, demain. La révolte se fait par échelle, elle ne vient pas de ceux qui font le plus de bruit, elle est en chacun d’entre nous, tapie, cachée, protégée par des certitudes construites sur la peur du changement, du mouvement. Il faut la retrouver, s’en emparer, la proclamer. Cette révolte radicale et absolue. Cette révolte d’enfant, puisque nous continuons à être traités comme des enfants.

 

Cet article est également publié dans Telquel de l’été 2011, N° 485-486 

Sonia Terrab, journaliste et écrivain ( Roman Shamablanca, éditions Séguier )

Cet article, publié dans Maroc, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour La révolte sans titre

  1. jamal dit :

    Texte touchant!

  2. marokino dit :

    Il est mignon tout plein, ce texte! Il donne envie de mettre ses baskets dernier cri, son jean griffé, son T-shirt Diesel avec la casquette qui va avec et de sortir dans la rue crier « Ach-cha3b yourid »!

    Juste pour le fun…juste pour mettre sa photo sur Facebook !

    Bravo!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s