Dichotomie criminelle

15.09.2011 | Salah Elayoubi |  eplume.wordpress.com

Dimanche 19 juin 2011.

Assia Samdi, et ses amis reviennent d’une soirée dansante, au petit matin, sur l’autoroute Casablanca – El Jadida.

Pour des raisons indéterminées, la voiture mord l’accotement.

Embardée, tonneaux.

La jeune fille, éjectée du véhicule est projetée sur le bas-côté.

Ses compagnons sont sains et saufs. Hagards et sonnés par l’accident, ils regardent agoniser leur amie, d’autant plus  impuissants, qu’ils n’ont aucune notion de secourisme.

L’arrivée du peloton motocycliste de la gendarmerie plus de deux heures après,  achève de tétaniser le groupe et figer la tragédie dans un immobilisme aussi révoltant  qu’inacceptable.

Flairant le bon coup, les gendarmes gardent littéralement en otage la mourante, et téléphonent,  en priorité à la famille du conducteur, les invitant à se présenter,  munis d’une forte somme, en échange de leur silence, sur le taux d’alcoolémie du chauffeur et l’absence des documents du véhicule.

Pendant plusieurs heures, aucun des gendarmes ne se préoccupe du sort de la jeune fille qui agonise dans l’indifférence criminelle des uns et des autres.

Lorsque l’alerte est, enfin, donnée aux secours, la jeune fille subit une transhumance médicale insupportable,  dans des véhicules inappropriés  pour les grands blessés, vers un vulgaire dispensaire à Azemmour, d’abord,  puis l’hôpital Mohamed V d’El Jadida,  avant d’échouer à la clinique de la CNSS de la même ville. Un ultime transfert, à la demande de sa famille, vers une clinique à Casablanca, ne peut empêcher son décès, après huit jours de coma.

Le diagnostic posé par les médecins est sans appel : lésions Cérébrales, fractures diverses et foie écrasé.

Assia aurait pu être sauvée,  si des soins  lui avaient été, immédiatement, administrés.

Je ne sais quelle nouvelle ère est-ce, celle où une accidentée de la route se meurt, sous les yeux indifférents de gendarmes incompétents, corrompus et auréolés d’une telle immunité criminogène, que celle-ci les incite à négocier jusqu’au prix de l’agonie.

Toujours cette satanée dichotomie dans le traitement des marocains d’en haut et ceux du bas.

Aux proches du pouvoir, aux courtisans et aux corrompus de toute nature, les ambulances médicalisées,  l’hélicoptère, les cliniques privées, ou l’hôpital militaire, les meilleurs traitements et les passe-droits astronomiques.

Aux autres, l’agonie dans le fossé et la poussière.

Malgré la levée de boucliers que cette affaire a suscité et l’indignation générale qu’elle a soulevée, le silence est de mise à tous les niveaux des administrations concernées.

Le corps de la gendarmerie, comme tout ce qui porte uniforme, au Maroc, est gangréné par la corruption et continue de sévir impunément sur nos routes et ses éléments censés protéger les honnêtes gens et les secourir, sont, au contraire, assimilés à des bandits de grands chemins.

Au ministère de la justice, même autisme, même silence complice, malgré les nombreux appels de la famille, des journaux, des sites Internet  et la pétition qui réclament la diligence d’une enquête pénale sur les circonstances exactes de cet accident et ses suites.

Sans doute, rien ne viendra-t-il rompre la léthargie de nos gouvernants, car l’ignominie de ces militaires, en  cette nuit du 19 juin 2011, leur renvoie l’image insupportable de leurs propres turpitudes. Enquêter avec détermination sur cette affaire, reviendrait à enquêter sur des pratiques en cours dans les plus hautes instances de notre pauvre pays.

J’aimerais dire à Monsieur et Madame Samdi, qui ont perdu le joyau de leur âme, combien nous communions avec eux dans le malheur et la peine qui les ont frappés et combien est insondable notre compassion.

J’aurais aimé, également,  leur promettre, que la vérité, toute la vérité, et rien que la vérité sera faite sur la tragédie qui vient de briser leur existence.

Mais ça, c’est une affaire de justice élémentaire, de démocratie et d’Etat de droit.

Toutes sortes de choses dont nous sommes tenus éloignés !

Cet article, publié dans Maroc, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Dichotomie criminelle

  1. fawzi dit :

    Quand on voit que l’Aston du roi se fait transporter par avion militaire, que reste il a dire?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s