En temps des révolutions et des mobilisations populaires, le boycott des élections est une note d’espoir

28.09.2011 | Ahmed Bouachrine Ansari     |  eplume.wordpress.com

Introduction de sensibilisation à l’ère des révolutions et ses exigences.

Il y a des leçons que nous enseigne la mobilisation populaire actuelle  en termes de direction et de manœuvres à exécuter   avant d’arriver vers le but ultime, et ce, que cette mobilisation prenne la forme de révolution, de soulèvements ou de manifestations exigeant l’accélération des réformes. Ces leçons peuvent être perçues en suivant de près l’actualité quotidienne de la mobilisation et en analysant les erreurs commises par certains acteurs qui revendiquent l’appartenance au mouvement.

Parfois, ces acteurs tombent dans la confusion en termes de choix d’action à mener : que faut-il faire à l’époque des révolutions lorsqu’on a obtenu quelques acquis pour soi ou même pour le peuple en général ? Or, le plafond des revendications lors d’une mobilisation populaire est de loin plus élevé que celui de la lutte démocratique en temps normal, ainsi les demandes et les aspirations des deux moments sont fondamentalement  différentes.

Le plafond au moment de la lutte démocratique ordinaire  peut consister à arracher le droit à exister en tant qu’organisation politique, comme il peut se résumer à mettre en place des réformes constitutionnelles et politiques qui élargissent le champ de participation dans les prises de décisions. Il peut aussi s’attacher à améliorer des situations sociales : augmentations de salaires, diminutions des prix, droit à l’emploi, lutte  contre le chômage et la pauvreté…etc. A l’inverse, à l’époque exceptionnelle des révolutions le plafond des revendications se trouve inversée : la réalisation de toutes les revendications citées ci-dessus devient le résultat d’un chamboulement total de la structure de gouvernance qui touche le constitutionnel, le politique et le social. La prise de conscience de cet instant est nécessaire pour trouver l’équilibre prudent entre les quelques initiatives prises par le pouvoir en place pour tenter de garantir d’abord sa survie, et les véritables exigences de la mobilisation populaire.

Par conséquent, nous ne serons pas être surpris si un système tyrannique et autocratique, commence en temps de révolution par céder des petits ajustements qui appartiennent en fait à l’époque de la lutte usuelle et ordinaire et peut     conférer des droits qu’il rechignait à lâcher auparavant. Pour cela, il ne faut pas mordre à l’appât enveloppé dans l’habit de l’acquis, et dont le but ultime  est   de tuer dans l’œuf l’esprit de la mobilisation générale populaire, éteindre son étincelle et disperser ses efforts.

L’échelle des priorités doit changer radicalement  lorsque la performance militante s’approche du moment critique ou elle va vaincre la tyrannie. Voici une des leçons importantes  que nous pouvons tirer de ces jours exceptionnels que nous vivons, marqués par ces glorieuses révolutions…

Après avoir entendu le discours de Moubarak le jeudi 10 février 2011, et alors que tout le monde s’attendait à une démission, il a réussi à trouver une dose supplémentaire de survie de courte durée à sa tyrannique. Cette dose est malheureusement  venue de certains de ses adversaires qui ont accepté de siéger avec lui à la table de dialogue alors que la révolte battait son plein ! Ainsi,  « le comité des sages » a « intervenu  » en tant que médiateur entre le  régime et les manifestants et a proposé la délégation des pouvoirs au vice-président.

Une fois de plus, certains partis d’opposition ont rejoint  la table des négociations après avoir annoncé auparavant  qu’aucun  dialogue n’est possible avant la chute de Moubarak.  Après, le  régime a annoncé les résultats de ce dialogue et la formation de commissions et un tas de détails ennuyeux qu’il n’est pas utile de rappeler.

En fait, ces amoureux  du dialogue, dont les positions volatiles, ont simplement  contribué à prolonger la vie du régime agonisant, ont omis que la règle des révolutions n’admet aucun compromis avec les dictateurs, car il s’agit des révolutions  pour renverser ces mêmes- dictateurs.   Elémentaire …

Déception ou espoir ?

D’aucuns ont parlé de déception quand certains partis politiques ont annoncé leur décision de boycotter les prochaines élections, parce ce que l’espoir chez ces acteurs est d’élargir le camp des participants au détriment  de celui du boycott. Cette démarcation  n’existe que dans l’imaginaire des tenants de cette analyse.  C’est une déception en effet, pour les naïfs qui croient écouter enfin la mélodie de la réforme.

C’est cette même logique qui a minimisé l’importance dela Constitution(le tronc) en omettant d’exiger la révision des listes électorales pour le référendum mais s’en est soudain souvenu pour les élections législatives (la branche) et a même proféré des  menaces au cas où cette révision ne serait pas entamée en même temps que la réforme des lois électorales. Oui, c’est une déception pour ce courant qui se permet de catégoriser les positions des autres et de les segmenter selon sa propre vision qui ne cesse de bénir et encenser toutes les initiatives réformatrices officielles.

Désolé, il y a une autre vision et une autre analyse selon laquelle au Maroc le boycott est un signe d’espoir dans les circonstances politique actuelles  car il est de nature à consolider les revendications et intensifier la lutte populaire. Voici les raisons   :

1. Le boycott des élections au moment de la mobilisation populaire donne à cette dernière un surplus de souffle, car cette mobilisation permet de sauter bien des étapes et peut réaliser en peu de temps ce qui a été revendiqué sans succès majeur pendant de longues décennies.

2. Parce que le boycott est de nature à fédérer tous ceux qui rêvent depuis longtemps d’un Maroc libre et digne, débarrassé du despotisme et n’acceptant aucun compromis avec lui, quelles qu’en soient les justifications.

3.  Parce que le boycott à l’heure des révolutions est un acte politique majeur qui renforce le militantisme populaire, et se rebelle contre la mentalité qui veut que la mobilisation devienne un instrument  au service du projet d’un parti alors que c’est le projet du parti qui doit logiquement  être en entier au service de la mobilisation populaire.

4. Parce que le boycott en ces temps de gesticulation politique  pour sauver la structure makhzénienne, est un acte  éminemment conscient des exigences de l’instant,  qui perturbe les calculs du makhzen et brouille ses plans  visant la division et l’affaiblissement de la mobilisation  populaire initiée le 20 février, à un moment où le pouvoir mise justement sur cet affaiblissement dans la perspective  de l’achever dès que possible en finir avec ce lendemain des libertés àla Marocainequi a pointé avec les  révolutions arabes. Pour cela le pouvoir a mis en route des réformettes constitutionnelles et politiques mineures et  de gagner à sa cause des acteurs qui ont montré une grande hésitation entre la rupture par contribution réelle à l’élan du 20 février et  la continuité par  réalisation de leur propre agenda sous la domination de la structure du makhzen.  Le boycott est donc le choix qui renforce la ligne des revendications populaires dans la recherche de cette  rupture tant attendue.

5. Parce que la participation électorale dans une structure constitutionnelle et politique qui ne respecte pas la contractualisation et se moque des conditions de l’intégrité électorale et démocratique, est considérée explicitement ou implicitement, lors des révolutions, comme un vrai boycott de la mobilisation populaire. Réagir aux revendications de ce mouvement  par la participation, revient à apporter une réponse négative.

6. Parce que le boycott est la réponse la plus éloquente à un moment où  l’humiliation n’épargne personne, y compris ceux qui ont cru devoir quémander à la magnanimité du pouvoir des petites doléances qui ne rencontrent aucun écho: organe indépendant de supervision des élections, libération des détenus injustement condamnés, liberté de la presse, protection des libertés en général et de la liberté d’expression contre l’interprétation autoritaire, la détention et les privations multiples.

Oui, pour toutes ces raisons, le boycott est une déception  pour ceux qui veulent achever le printemps Marocain sans payer la facture des vraies réformes nécessaires sur les plans constitutionnel,  politique, social et économique. C’est une déception car cette « fausse note » est en réalité la vraie et juste note au moment où nous assistons à la victoire des autres peuples qui ont mis à terre les dictateurs et les tyrans. C’est une note d’espoir pour tous ceux qui rêvent de liberté, de dignité et de justice sociale.

Il est plus que nécessaire que cette mobilisation populaire se poursuive, se renforce et se consolide. Il est plus que nécessaire de déjouer les tentatives d’exacerber ses divergences internes visant son implosion interne.  Toute action ou décision qui conduit consciemment ou non à l’affaiblir ou l’isoler conduira à une grande perte pour le Pays.

Traduit de l’arabe par Ahmed BENSEDDIK

Cet article est également publié en langue arabe sur le site : Lakome.com

Cet article, publié dans Maroc, est tagué , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour En temps des révolutions et des mobilisations populaires, le boycott des élections est une note d’espoir

  1. marokino dit :

    Pauvre irresponsable! Rien d’autre à laisser comme commentaire!

  2. Mouss dit :

    Merci Mr. Ahmed pour cette analyse haut combien convainquente, pour le boycotte des élections!
    J’espère que des esprits éclairés comme vous par leurs interventions citoyennes ferons la différences pour réveiller les Marocains de leur long sommeil, et qu’ils puissent se réveiller à temps avant que le train du changement ne passe devant leur nez et se réveiller un jour et s’apercevrons qu’il ont contribuer par leur ignorance à une dictature une de plus.
    Ce sont les intellectuels comme vous qui sont les pires ennemis des dictatures arabes en place.
    Que Dieu vous garde et guide vos pas!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s