Le Maroc est-il le Tibet de la France?

18.11.2011 |  Karim R’bati  |   eplume.wordpress.com   

Dans beaucoup de pays, la fête d’indépendance est considérée comme la fête nationale officielle, sauf au Maroc où cette fête, commémorée le 18 novembre, est quelque peu marginalisée au profil de la fête du trône. Celle-ci  est célébrée le 30 juillet et elle est même considérée par les autorités comme la plus importante des fêtes civiles au Maroc. Mais la vraie raison de cette particularité marocaine pourrait bien se trouver ailleurs.

La France, ancienne puissance coloniale, ne reconnaît pas la date du 18 novembre comme date d’indépendance du Maroc, mais plutôt le 6 novembre 1955. Cette date correspond à la reconnaissance, par le gouvernement français de l’époque, du principe de l’indépendance du Maroc. On parle bien ici de principe et, en aucun cas, d’indépendance effective, ce qui est en soi une nuance de taille, du moins pour les historiens. Alors pourquoi le choix du 18 novembre 1955 ?

Tout simplement parce que cette date coïncide avec la célébration de la fête du trône par Mohammed V, sur l’esplanade de la tour Hassan à Rabat et ce, quelque jours après son retour de l’exil, le 10 novembre. Ce qui, à proprement parler, ne signifie pas pour autant l’indépendance du Maroc. L’histoire est formelle, le protectorat français au Maroc aura duré officiellement quarante quatre ans, soit entre 1912 et 1956; ce qui est, par ailleurs, corroboré par le mandat du dernier résident général français, André-Louis Dubois (novembre 1955 – mars 1956). Mais laissons parler l’historien Bernard Lugan:

«Après  vingt-sept mois d’exil, le 10 novembre, Mohammed V rentrait au Maroc dans la liesse générale et, un mois plus tard Si Bekkaï constituait un gouvernement formé de représentants de l’Istiqlal, du PDI et d’indépendants qui fera accéder le Maroc à l’indépendance. Le vendredi 2 mars 1956, aux termes de négociations menées en France, un document était signé par lequel la France reconnaissait officiellement au Maroc son indépendance et son unité. Le protectorat prenait donc fin» Bernard Lugan [ in Histoire du Maroc ; éd. Perrin/Critérion, 2000 ; p. 285]

Dans la foulée, l’indépendance sera officiellement proclamée cinq jours plus tard, soit le 7 mars 1956, par Mohammed V au peuple marocain. Or cette date symbolique a, semble-t-il, été marginalisée, comme celle du 18 novembre 1955. Et pourquoi ? Mon hypothèse personnelle consiste à prendre en compte le contexte politique de l’époque, un contexte marqué par  l’hégémonie du parti de l’Istiqlal (Parti de l’indépendance). Selon cette optique, célébrer une telle date, c’est en quelque sorte glorifier un parti politique au détriment de la royauté alaouite.

Par ailleurs, considérer le 7 mars comme fête d’indépendance et comme mythe fondateur du Maroc moderne, c’est en quelque sorte faire ombrage à la fête du trône sous l’ère Hassan II : fête célébrée le 3 mars, c’est-à-dire quatre jours avant la date de la proclamation officielle de l’indépendance du Maroc.

Comme si, au temps du roi défunt, fête d’indépendance et fête du trône étaient incompatibles et qu’il fallait sacrifier l’une pour mieux glorifier l’autre et, de fait, tous ceux qui ont connu l’ère Hassan II se rappellent bien de ces interminables fêtes du trône qui duraient pratiquement tout le mois de mars de chaque année !!!

Cinquante cinq ans après l’indépendance officielle du Maroc, la France continue d’entretenir la même relation incestueuse avec son ancienne colonie marocaine et, au regard du soutien, sans faille, qu’elle apporte au régime makhzenien, on peut se demander si l’ancienne puissance tutélaire a vraiment quitté le Maroc en 1956.

En tout cas, depuis 1912, elle n’y a jamais renoncée. Certes, le Maroc n’est pas le Tibet de la France, comme cela semble être le cas pour les DOM-TOM et pour leurs populations indigènes, mais c’est presque comme si le Maroc l’était.

Ce billet est également publié sur le blog de Karim R’bati

Cet article, publié dans Maroc, est tagué , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Le Maroc est-il le Tibet de la France?

  1. Asçotta WellCaball dit :

    «Mais laissons parler l’historien Bernard Lugan» : Wow !… Un texte d’un intello. qui me cite un historien de ce gabarit à la fin de son troisième paragraphe, me décourage : je ne suis pas capable de le lire !.. Parce que ce LUGAN est, au mieux, l’historien francophone officiel du Palais, au pire et, comme je le pense : un téteux !…
    Je ne vous étalerai pas plus ma « virulence », je n’ai pas honte de vous l’avouer : je suis « virulente » avec les DÉFENSEURS DE LA MONARCHIE « PARLEMENTAIRE » selon certain(e)s PENSEURS, « CONSTITUTIONNELLE, selon d’autres PENSEURS et OUALLAHOU A’alem ?
    Savez-vous que LES MAROCAIN(E)S de toute région donneraient très cher pour être chez eux comme les populations indigènes des DOM-TOM ?
    Vous qui écrivez : «Certes, le Maroc n’est pas le Tibet de la France, comme cela semble être le cas pour les DOM-TOM et pour leurs populations indigènes, mais c’est presque comme si le Maroc l’était.», trouvez-moi un(e) seul(e) marocain(e) qui ne voudrait pas changer sa place AU ROYAUME CHÉRIFIEN avec n’importe quelle place dans un DOM-TOM (Dom-Tom qui sont des PARADIS comparés au Rif du Maroc, mon brave Généreux R’bati !) .
    Je ne dois quand même pas oublier ma publicité : …Voter le 25-11-2011, c’est accepter le dictat des ALAOUITES, leur MÉPRIS ENVERS LES MAROCAIN(E)S ET LEUR MÉPRISABLE DYNASTIE ! Voter le 25-11-2011, c’est donner une reconnaissance et une légitimité au Référendum du 1-7-2011 !…
    À BAS M-ZEN …!
    À BAS LE TRÔNE DES ASSASSINS !
    À BAS LE TRÔNE DES TORTIONNAIRES !
    À BAS LE Trône ALAOUI !
    GLOIRE AUX MARTYRS !
    BOYCOTTONS LES ÉLECTIONS du 25 novembre 2011 : elles ne sont que  » MASRAHIYA HAZLIYA ‘3ELEEK OUA’3LIYA »

  2. med dit :

    mabrouk l’PJD et bonne chance.

  3. med dit :

    « Savez-vous que LES MAROCAIN(E)S de toute région donneraient très cher pour être chez eux comme les populations indigènes des DOM-TOM ? » Niet, je ne suis pas dac. Parle de toi et laisse les vrais Marocains tranquille.

  4. Asçotta WellCaball dit :

    Et moi donc oua si Mohamed ? je ne suis qu’un(e) fau(sse)x marocain(e) pas tranquille !…OUI, ça se peut !…Et que je sache, je ne demande à personne d’être DAC, moi ! Alors, monami « Parle de toi et laisse les vrais Marocains tranquille. »
    Lorsqu’on se donne la joie ou est-ce la peine d’utiliser un tel « diminutif » comme pseudo en lieu et place de…VOUS NE DEVEZ ÊTRE DONC QU’UN « VRAI MAROCAIN TRANQUILLE comme les a imaginer SIDNA LYAUTEY !…
    Avec Benkirane OuaKal Al Firane, tu n’es pas sorti del fandaq !…
    À BAS M-ZEN …!
    À BAS LE TRÔNE DES ASSASSINS !
    À BAS LE TRÔNE DES TORTIONNAIRES !
    À BAS LE Trône ALAOUI !
    GLOIRE AUX MARTYRS !

  5. momo dit :

    Asçotta WellCaball, si vous avez des positions à défendre, des arguments à débattre, n’hésitez pas à nous faire signe, parce que nous (je ne sais pas si vous l’aviez compris) on préfère débattre plutôt que de penser à la place des Marocains, si vous aviez un sondage, des statistiques ou des enquêtes d’opinions qui disent que les Marocains préfèrent être des Sous-français, on aimerait bien les connaître. N’oubliez de mentionner vos référence, c’est très important les références, pour qu’on ne vous accuse pas de plagiat

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s